Connect with us

Politique

Ousmane Tanor Dieng : un homme discret et endurant.

Publié il y a

on

Tanor un homme discret

« La mort n’est que le berceau de l’éternelle vie. Ousmane Tanor Dieng est mort comme il a vécu, tranquillement et sans bruit. »

A la disparition d’un homme cher, on voit des tweets, et des contributions pour rendre hommage au défunt. J’ai toujours été contre les hommages à titre posthume, car cela ressemble plus à une obligation, qu’à autre chose. Les morts n’ont pas besoin d’hommage et j’aurai dû vous honorer durant votre vivant, mais la mort qui ne prévient pas, vous a arraché contre toute attente.

Vous avez toujours été un homme discret, efficace et surtout endurant, et cela vous a propulsé au-devant de la scène politique, même si certains de vos camarades vous ont combattu corps et âme. Ils avaient oublié que lorsque Dieu décide d’une chose, Il dit seulement : « Sois », et elle est aussitôt. » Vous avez enduré durant toute votre vie, mais sachez que ce ne sera pas en vain, car Dieu est avec les endurants.

Pendant que la crise sévissait au Sénégal, le président Diouf voulait être au-dessus de la mêlé et propose d’être demis de sa fonction de secrétaire général du PS pour s’occuper de l’économie agonisante du Sénégal. Les camarades de parti ont catégoriquement refusé, ne voulant pas accepter le destin politique de Tanor, qu’ils jugent comme chanceux. Et pourtant, Tanor était aux Affaires étrangères de 1976 à 1978 avant de devenir conseiller diplomatique de Senghor de 1978 à 1981. Le président Diouf dira a Tanor que Senghor lui a beaucoup parlé de lui et qu’ils feront du bon travail ensemble. C’est ainsi que le président Diouf prendra ses distances avec le PS pour le déléguer à son homme de confiance.

“j’ai voulu apparaître comme un chef d’Etat et non plus chef de parti. J’ai commencé par demander à mes camarades de me décharger de mes fonctions de secrétaire général du parti pour que je me consacre à l’Etat comme cela se fait dans les grandes républiques (…) et mes camarades ont refusé. J’ai fait adopter une réforme où j ‘étais président du parti avec un premier secrétaire qui gérer le parti au quotidien parce que je voulais me préoccuper de la gestion de l’Etat” Président Abdou Diouf

Néanmoins, l’affaire n’est pas aussi simple, car les camarades de parti ne veulent pas accepter Tanor Dieng à la tête du PS. Jean Collin était l’homme fort du Sénégal et il gérait presque tous les dossiers, même les plus secrets. Il sera remplacé par André Sonko, mais c’est Tanor qui a hérité des dossiers de Jean Collin. Il était l’homme de confiance du président Douf, mais les camarades de parti voient cela comme la « tanorisation » du PS et s’y opposent. Ils lui reprochent de ne pas avoir connu une ascension traditionnelle comme certains de leurs camarades.

C’est ainsi que Tanor deviendra conseiller diplomatique du président Diouf et il va gérer les dossiers les plus secrets de l’Etat. C’est lui qui signera les accords qui mettront fin à la grève universitaire de 1988. C’est un homme qui était discret, qui ne révélait rien des secrets d’Etat. Il devient naturellement le remplaçant de Collin et est présenté comme quelqu’un de compétant et très loyal, mais sa qualité la plus mise en avant est sa discrétion qui ne court pas les couloirs de la présidence.

Cependant, l’homme a toujours su rester discret. Combien de dossiers secrets Tanor a emporté avec lui ? Plusieurs. Pendant ce temps, il est difficile de trouver un vrai homme d’Etat au Sénégal. Les institutions étaient respectées au Sénégal, et Tanor faisait partie de ces hommes qui savaient incarner une institution.

Quand Dieu veut détruire une nation, il fait disparaitre les érudits, mais quand il veut faire disparaître une démocratie, il fait disparaître les hommes d’Etat comme feu Bruno Diatta et feu Ousmane Tanor Dieng.

« La mort n’est que le berceau de l’éternelle vie. Ousmane Tanor Dieng est mort comme il a vécu, tranquillement et sans bruit. »

Reposez en paix.

Mohamed Dia

Politique

Gamou : le nouveau cadre de l’opposition à Tivaouane

Publié il y a

on

Par

nouveau cadre

Ce sera un chassé-croisé entre Macky Sall et le nouveau cadre de l’opposition en gestation. D’après des sources de «L’As», après Macky Sall, Idrissa Seck, Malick Gakou, Pape Diop, Aguibou Soumaré et Madické Niang sont attendus ce matin à Tivaouane. Sur les pas du Président Macky Sall, ils seront reçus par le Khalife général des Tidianes et par le porte-parole de la famille Sy, avant de regagner Dakar dans l’après-midi. Pour rester dans le sillage des visites aux chefs religieux, il y a lieu de signaler que le Président Macky Sall est attendu à Médina Baye, vendredi prochain.

Lire la suite

Politique

Ousmane Sonko : « Macky Sall fait de la diversion. En février 2024, il ne sera plus président de ce pays. Il doit être conjugué au passé »

Publié il y a

on

Par

diversion

Le leader de “Pasteef” Les Patriotes était sans détours avec les questions d’actualités sur lesquelles il s’est prononcé à l’occasion d’un entretien accordé à la Sentv.

Ousmane Sonko , n’a pas été tendre avec le régime actuel. « Ce qui se passe actuellement dans le pays est tout simplement une diversion. Macky Sall veut faire oublier aux sénégalais les enjeux qui interpellent la nation en essayant de nous distraire autour d’un 3e mandat » dira le vainqueur de la présidentielle à Ziguinchor.

Et Ousmane Sonko, dans son argumentation, de souligner que : « cette situation économique qui empire, montre simplement que ce régime ne respecte pas les Sénégalais. Car ce rapport sorti récemment par l’équipe de doing business ne doit pas être honorifique, mais plutôt il devrait nous faire penser qu’être 123e sur 190 pays mérite beaucoup d’efforts à consentir »

En alertant, Ousmane Sonko s’exprimera sur ce qui se passe actuellement en Guinée en disant qu’il apporte son soutien au peuple Guinéen mais toujours, il faudrait que les peuples africains se réveillent.

En terminant ses propos, Ousmane Sonko, concernant le statut du chef de l’opposition,  notera que : « l’importance est de se concentrer sur les urgences, mais ce statut ne m’intéresse point ».
Il rappelle ainsi aux sénégalais que le président Macky Sall sera dès lors conjugué au passé en 2024 car, il ne sera plus président de ce pays.

Lire la suite

Politique

Première sortie de Sory Kaba depuis son limogeage : « Ma loyauté envers le Chef de l’Etat ne souffre d’aucune ambiguïté ; ni hier, ni aujourd’hui… »

Publié il y a

on

Par

ma loyauté

Après avoir rendu Grâce à Allah (swt), Je tiens, à l’occasion de cette cérémonie de passation de services du Mercredi 30 octobre 2019 à 15 heures, à remercier vivement Son Excellence, le Président de la République, Monsieur Macky SALL, pour la confiance qu’il m’a toujours accordée depuis le début de notre cheminement.

Je tiens à rappeler que ma loyauté envers le Chef de l’Etat ne souffre d’aucune ambiguïté ; ni hier, ni aujourd’hui et, ceci, depuis qu’il m’a proposé de venir le rejoindre à la Marie de Fatick en 2010, alors que j’étais en activité en France.

Je voudrais, par ce canal, lui renouveler mon engagement sincère pour l’accompagner à réussir ses nobles et exaltantes missions à la tête de notre pays, pour ainsi concrétiser les grands Espoirs du peuple sénégalais vers la prospérité et l’émergence.

En outre, je tiens à remercier tous les sénégalais qui m’ont témoigné de leur sympathie et leur solidarité tout au long de mes fonctions à la tête de la Direction Générale d’Appui aux Sénégalais de l’Extérieur (DGASE). Ses remerciements vont également à l’endroit de mes amis, mes sympathisants, les Sénégalais de l’Extérieur ainsi qu’aux membres de ma famille.

Aux populations de la Région de Fatick, sans exclusive, je tiens à vous remercier chaleureusement et à vous rassurer de ma disponibilité, de mon engagement ferme, particulièrement pour la cause des femmes et des jeunes…Ma détermination pour relever les défis majeurs devant positionner notre ville dans le peloton des localités les plus prospères où il fait mieux vivre et résolument tournées vers le développement, demeure intacte.

Enfin, je remercie vivement mes collaborateurs, tout le personnel du MAESE et particulièrement de la DGASE, pour leur engagement, leur loyauté et leur dévouement dans l’accomplissement de la mission qui nous avait été tous confiée. La DGASE était une toute nouvelle création en 2013, quand le PR Macky Sall nous accordait sa confiance renouvelée et nous avons su relever les défis du moment.

A mon successeur, je lui souhaite d’avance une belle réussite dans la continuité des immenses chantiers ouverts, pour une gouvernance migratoire mieux repensée et harmonieusement partagée par tous les acteurs du sous-secteur, dans une démarche inclusive.

Enfin, je sollicite vos prières à l’endroit du Président Macky Sall et du Gouvernement, pour la réussite des importants programmes du PSE, au grand bénéfice du peuple Sénégalais.

Ambassadeur
Sory F. M. KABA

Lire la suite

On en parle