Connect with us

Economie

Eclairage public solaire : Le Sénégal va déployer 50.000 lampadaires solaires sur un tiers de son territoire.

Publié il y a

on

lampadaires
C’est sans doute le plus gros chantier d’éclairage public solaire dans le monde. Le Sénégal va déployer 50.000 lampadaires solaires sur un tiers de son territoire. Le contrat de 87 millions d’euros a été officiellement signé ce vendredi dernier à Dakar, à l’occasion de la visite d’Emmanuel Macron. Principaux intéressés, Fonroche Eclairage, qui va fournir les appareils, et Eiffage, qui va les installer sur place avec l’aide de techniciens locaux. Un chantier soutenu par la France, puisque le Sénégal va financer cet investissement grâce à un emprunt auprès de Bpi- France et du Trésor.
Fonroche, qui travaille sur ce projet depuis trois ans, a été choisi parmi une trentaine d’industriels, principalement asiatiques, américains et européens – dont son concurrent bordelais, Sunna Design. L’Agence nationale pour les énergies renouvelables (ANER), qui était chargée de préparer l’appel d’offres, avait mis trois critères en avant : la performance, la vitesse d’exécution et un assemblage local.
Fonroche, créé en 2008 par Yann Maus, a longtemps consacré l’essentiel de son activité à l’énergie photovoltaïque. S’il a développé des projets de fermes solaires partout dans le monde pour une capacité de 230 mégawatts, le groupe a préféré l’an dernier revendre cette activité à la société d’investissement Eurazeo et au fonds InfraVia Capital Partners. Dotée de solides fonds propres de 100 millions d’euros, l’entreprise de 150 personnes est désormais en passe de se développer principalement dans la géothermie et le biogaz. Plusieurs grosses usines de méthanisation sont en chantier après celle exploitée à Villeneuve-sur-Lot.
C’est pourtant l’éclairage solaire, sur lequel le groupe travaille depuis 2011, qui va lui apporter le plus de visibilité. Avec ce contrat, l’entreprise, qui a déjà fourni 160 lampadaires Fonroche Smartlight au Sénégal pour éclairer l’accès au nouvel aéroport international Blaise-Diagne, passe à la vitesse supérieure. L’occasion de doper le chiffre d’affaires de 6 millions d’euros de la branche éclairage et de prouver au marché la qualité de sa technologie à l’international. S’ils sont garantis cinq ans, ses candélabres solaires ont été conçus pour une durée de vie de dix ans sans maintenance.
Les batteries en alliage de Nickel seront fabriquées par Fonroche à Roquefort (Lot-et-Garonne), ainsi probablement que les panneaux solaires. Même si l’usine du groupe sur le même site a été vendue l’an dernier et produit désormais sous l’enseigne Reden Solar. Au terme du contrat qui spécifie que la part française sera supérieure à 50 %, une quinzaine d’emplois devraient ainsi être créés. « Dans un candélabre solaire, 80 % de la valeur ajoutée vient de la batterie et du logiciel, qui permettent de délivrer la puissance de façon intelligente afin d’assurer le fonctionnement pendant dix ans, soit 4.000 cycles », insiste Laurent Lubrano le directeur général.

Economie

SENELEC : Intoxication autour d’une supposée dette de 247 milliards.

Publié il y a

on

dette

Il ne se passe plus un jour sans qu’on nous parle d’une dette de 247 milliards de Fcfa que le ministre de l’Energie et du Pétrole, Makhar Cissé aurait laissé à la Senelec. A vrai dire, c’est de l’intox pure et simple. Pour la simple raison que ce montant correspondant en fait à la… créance que l’Etat du Sénégal doit à la Senelec. Ceux qui profèrent ces accusations ridicules ont besoin de cours en finances publiques puisqu’ils confondent dettes et créances.
La dette de Senelec est très largement en deçà du montant évoqué.
Senelec est une entreprise qui produit de la valeur et non une administration. Il est tout à fait normal donc qu’elle s’endette pour investir, augmenter son chiffre d’affaires et rembourser. Ce qu’elle fait correctement puisqu’elle n’a jamais été prise à défaut dans le remboursement de ses dettes.
Toute cette agitation s’explique par une seule raison : Makhtar Cissé dérange le sommeil de certains cercles.

Lire la suite

Economie

Cambriolage dans une entreprise chinoise : Les malfrats auraient emporté entre 50 et 70 millions…

Publié il y a

on

entreprise chinoise

La sécurité fait toujours défaut dans la commune de Sindia. En effet, dans la nuit du mercredi au jeudi, des malfaiteurs ont fait irruption dans une entreprise chinoise installée dans la commune et qui s’active dans le carrelage, pour commettre leur forfait.
Les bandits ont fait irruption dans les lieux vers 2h du matin, avant de neutraliser le gardien en l’attachant. Ils ont ensuite fait main basse sur  une somme estimée entre 50 et 70 millions de francs CFA.
Selon notre source, il  n’y a eu ni mort ni blessé. À signaler que l’entreprise chinoise dénommée Twy Sord reste la plus grande filiale de carrelage en Afrique de l’Ouest et emploie  400 chinois et 1500 à 2000 Sénégalais…

Lire la suite

Economie

Performances des régies financières / 1605, 470 milliards déjà recouvrés : Le Fisc et la Douane cassent la baraque.

Publié il y a

on

Par

régies financières

Les régies financières (Impôts, Douane et Trésor) ont déjà re- couvré 1605, 470 milliards de Fcfa à la fin août sur les objectifs revisités de la Loi de finance rectificative (Lfr) 2019 d’un montant de 2557,44 milliards de Fcfa.


Selon Libération, les régies financières (Impôts, Douane et Trésor) ont réalisé une sacrée performance à quatre mois de la fin de l’année.

Et il est presque sûr que les objectifs revisités de la loi de finance rectificative 2019 d’un montant de 2557,44 milliards de F Cfa seront dépassés.

En effet, à la fin du mois d’Août 2019, ces régies ont recouvré la rondelette somme de 1605,470 milliards de F Cfa, soit 63% des objectifs de recettes. Rien que pour le moins d’Août, les impôts ont «versé » 112 milliards de F Cfa alors que la Douane a atteint aujourd’hui un rythme mensuel de recettes tournant autour de 70 milliards de F Cfa.

Lors d’une récente mission au Sénégal, le Fonds monétaire international (Fmi) n’a pas manqué de se féliciter de ces résultats qui témoignent de la performance des régies.

Cette belle mobilisation des recettes se traduit de fait dans l’exécution du budget. Il convient de rappeler que pour les dépenses de fonctionnement et d’investissement sur ressources internes (base ordonnancement), sur des crédits ouverts d’un montant de 1 637, 6 milliards F CFA, un montant de 1 101,44 milliards F CFA a été ordonnancé, soit un taux d’exécution de 67,8%.

Pour ce qui est du financement interne des investissements sur ressources internes et s’agissant des infrastructures routières spécifiquement, sur des crédits ouverts de 134,5 milliards de F CFA, les dépenses ordonnancées sont de 77,5 milliards de F CFA, soit un taux d’exécution de 55,7% après sept (7) mois d’exécution budgétaire.

Cerise sur le gâteau, les partenaires du Sénégal ont apporté un soutien financier déterminant à ces programmes.

À la date du 30 juillet 2019, le
montant total des décaissements des projets et programmes financés sur ressources extérieures (base lFI) s’élevait à 570,762 milliards de francs CFA, sur des prévisions intiales de tirages du Budget consolidé d’investissement (Bci) de 790,860 milliards F cFA, soit un taux d’exécution de 72,17%.

Lire la suite

En Politique

HOTLINE

On en parle