Connect with us

Politique

Candidat face à Ousmane Tanor Dieng : Barthélémy Dias guetté par le syndrome Aïssata Tall Sall

En décidant de se présenter face à Ousmane Tanor Dieng à en perspective du congrès socialiste de 2018, Barthélémy Dias marche sur le fil du rasoir, à moins qu’il ne s’agisse d’un ballon de sonde pour se repositionner comme un candidat de substitution à la présidentielle de 2019

Publié il y a

on

Candidat face à Ousmane Tanor Dieng : Barthélémy Dias guetté par le syndrome Aïssata Tall Sall

En décidant de se présenter comme candidat face à Ousmane Tanor Dieng à en perspective du congrès socialiste de 2018, Barthélémy Dias marche sur le fil du rasoir, à moins qu’il ne s’agisse d’un ballon de sonde pour se repositionner comme un candidat de substitution à la présidentielle de 2019 en cas d’empêchement de Khalifa Sall. En effet, sous réserve d’une candidature de Serigne Mbaye Thiam ou de celle d’un autre hiérarque socialiste parrainée par Tanor sans pour autant bénéficier de la gratitude de certains électeurs fidèles à celui qui a sauvé le parti de la bérézina programmée par la défaite de 2000, il sera difficile pour l’ancien chef de file de Convergences socialistes de matérialiser son souhait de diriger le Ps.

En clair, le patron des Verts de Colobane, pour avoir dirigé le parti senghorien depuis  presque un peu plus de vingt ans, a la haute main sur la majorité des coordinations de la structure. Cela, Me Aïssata Tall Sall l’a vérifié à ses dépens en 2014, quand elle a échoué à occuper le fauteuil de l’inamovible « Premier secrétaire ». Celui-ci, depuis le « Congrès sans débat » de 1996, réussit à endiguer toute concurrence au sein de l’élite socialiste.  Pourtant, dès 2011, Me Sall, par le biais d’une interview concédée au quotidien Wal-Fadjri, avait annoncé la couleur en déclarant que le Ps n’avait pas de « candidat naturel » en direction de la présidentielle de 2012. Les mieux avertis savaient déjà que la pomme de discorde était la longévité aux commandes de Dieng, qui, d’élection en élection, descendait de Charybde en Scylla. De cette période à 2014, la mairesse de Podor s’est préparée à affronter Tanor Dieng pour ne récolter qu’un faible pourcentage au bout d’un combat perdu d’avance face à celui qui doit son surnom de « Collin noir » à sa haute maitrise de l’appareil du Ps, qui rappelle la quasi-toute puissance de feu Jean Collin. Nous devons à la vérité de préciser, sous ce rapport, que Aïssata Tall Sall a fait montre d’un réel courage politique en défiant Tanor, là où Barthélémy Dias et Cie ont, lors du 15e congrès, renoncé à croiser le fer avec l’ancien ministre d’Etat, ministre des Services et Affaires présidentielles (un quasi président de la République prime) de 1993 à 2000. Paradoxalement, toutes les récriminations des pro-Khalifa envers Benno Bokk Yakaar datent de ce temps-là, alors que se précisait la tendance balbutiante du parti à déserter ses ambitions présidentielles pour servir les intérêts de l’Alliance pour la République. Cela, contre postes et privilèges tirés des décrets de Macky Sall.

En outre outre, même à Dakar,  département de focalisation de la Khalifamania, la moitié des maires socialistes, naguère proches de l’édile de la capitale, ont fait défection à la veille de la désignation des membres du Haut conseil des collectivités territoriales (Hcct) en rejoignant le « Macky ». Mieux, lors des législatives de juillet, ces « renégats » ont joué un rôle décisif pour la reconquête de Dakar par Benno. Toutes choses qui ne manqueront pas de prédisposer certains responsables locaux des 19 communes à soutenir Ousmane Tanor Dieng au prochain congrès.

Pourquoi ne pas fonder un nouveau parti autour de Khalifa Sall ?            

Qui plus est, le Ps, à l’image de grandes formations politiques du Sénégal comme le Pds, l’Afp, l’Apr, Rewmi, est un instrument à l’entière dévotion de son leader. Tous ces partis ont, par le passé, connu des secousses qui n’ont pas pu modifier les profils de leurs leaders respectifs.

En pareille occurrence, l’Histoire a montré que les frondeurs finissent toujours par créer leurs propres partis. Ce phénomène n’est pas étranger au Parti socialiste. Pour mémoire, en 1948, c’est après avoir été mis en minorité dans la Section française de l’internationale ouvrière (Sfio) de Me Lamine Guèye que Senghor et Cie ont fondé le Bds, ancêtre du Ps. L’Afp, l’Union pour le renouveau démocratique, les partis de Robert Sagna, de Abdoulaye Makhtar Diop, de Mamadou Diop, de Souty Touré, de feu Mbaye Jacques Diop…, sont tous issus du Parti socialiste. Khalifa Sall fera-t-il exception à cette loi d’airain ?

En définitive, il est légitime de se poser la question de savoir s’il n’est pas électoralement plus productif pour les frondeurs de créer leur propre formation politique à temps ; comme ce fut le cas avec Macky Sall en 2008. Ce dernier n’avait pas attendu d’être exclu par le Pds pour mener une carrière en solo. De plus, il nous est revenu que Tanor et ses inconditionnels, qui en auraient les moyens légaux et pas forcément légitimes, ne veulent pas commettre la maladresse d’ours d’exclure les frondeurs. Leur stratégie consiste à les maintenir à l’intérieur pour ne pas avoir à assumer une quelconque trahison envers le principe de la cohésion du parti ou permettre aux rebelles de bénéficier des dividendes politiques du statut de martyr dans un contexte tropical où le vote est plus affectif que logique.

Politique

Gamou : le nouveau cadre de l’opposition à Tivaouane

Publié il y a

on

Par

nouveau cadre

Ce sera un chassé-croisé entre Macky Sall et le nouveau cadre de l’opposition en gestation. D’après des sources de «L’As», après Macky Sall, Idrissa Seck, Malick Gakou, Pape Diop, Aguibou Soumaré et Madické Niang sont attendus ce matin à Tivaouane. Sur les pas du Président Macky Sall, ils seront reçus par le Khalife général des Tidianes et par le porte-parole de la famille Sy, avant de regagner Dakar dans l’après-midi. Pour rester dans le sillage des visites aux chefs religieux, il y a lieu de signaler que le Président Macky Sall est attendu à Médina Baye, vendredi prochain.

Lire la suite

Politique

Ousmane Sonko : « Macky Sall fait de la diversion. En février 2024, il ne sera plus président de ce pays. Il doit être conjugué au passé »

Publié il y a

on

Par

diversion

Le leader de “Pasteef” Les Patriotes était sans détours avec les questions d’actualités sur lesquelles il s’est prononcé à l’occasion d’un entretien accordé à la Sentv.

Ousmane Sonko , n’a pas été tendre avec le régime actuel. « Ce qui se passe actuellement dans le pays est tout simplement une diversion. Macky Sall veut faire oublier aux sénégalais les enjeux qui interpellent la nation en essayant de nous distraire autour d’un 3e mandat » dira le vainqueur de la présidentielle à Ziguinchor.

Et Ousmane Sonko, dans son argumentation, de souligner que : « cette situation économique qui empire, montre simplement que ce régime ne respecte pas les Sénégalais. Car ce rapport sorti récemment par l’équipe de doing business ne doit pas être honorifique, mais plutôt il devrait nous faire penser qu’être 123e sur 190 pays mérite beaucoup d’efforts à consentir »

En alertant, Ousmane Sonko s’exprimera sur ce qui se passe actuellement en Guinée en disant qu’il apporte son soutien au peuple Guinéen mais toujours, il faudrait que les peuples africains se réveillent.

En terminant ses propos, Ousmane Sonko, concernant le statut du chef de l’opposition,  notera que : « l’importance est de se concentrer sur les urgences, mais ce statut ne m’intéresse point ».
Il rappelle ainsi aux sénégalais que le président Macky Sall sera dès lors conjugué au passé en 2024 car, il ne sera plus président de ce pays.

Lire la suite

Politique

Première sortie de Sory Kaba depuis son limogeage : « Ma loyauté envers le Chef de l’Etat ne souffre d’aucune ambiguïté ; ni hier, ni aujourd’hui… »

Publié il y a

on

Par

ma loyauté

Après avoir rendu Grâce à Allah (swt), Je tiens, à l’occasion de cette cérémonie de passation de services du Mercredi 30 octobre 2019 à 15 heures, à remercier vivement Son Excellence, le Président de la République, Monsieur Macky SALL, pour la confiance qu’il m’a toujours accordée depuis le début de notre cheminement.

Je tiens à rappeler que ma loyauté envers le Chef de l’Etat ne souffre d’aucune ambiguïté ; ni hier, ni aujourd’hui et, ceci, depuis qu’il m’a proposé de venir le rejoindre à la Marie de Fatick en 2010, alors que j’étais en activité en France.

Je voudrais, par ce canal, lui renouveler mon engagement sincère pour l’accompagner à réussir ses nobles et exaltantes missions à la tête de notre pays, pour ainsi concrétiser les grands Espoirs du peuple sénégalais vers la prospérité et l’émergence.

En outre, je tiens à remercier tous les sénégalais qui m’ont témoigné de leur sympathie et leur solidarité tout au long de mes fonctions à la tête de la Direction Générale d’Appui aux Sénégalais de l’Extérieur (DGASE). Ses remerciements vont également à l’endroit de mes amis, mes sympathisants, les Sénégalais de l’Extérieur ainsi qu’aux membres de ma famille.

Aux populations de la Région de Fatick, sans exclusive, je tiens à vous remercier chaleureusement et à vous rassurer de ma disponibilité, de mon engagement ferme, particulièrement pour la cause des femmes et des jeunes…Ma détermination pour relever les défis majeurs devant positionner notre ville dans le peloton des localités les plus prospères où il fait mieux vivre et résolument tournées vers le développement, demeure intacte.

Enfin, je remercie vivement mes collaborateurs, tout le personnel du MAESE et particulièrement de la DGASE, pour leur engagement, leur loyauté et leur dévouement dans l’accomplissement de la mission qui nous avait été tous confiée. La DGASE était une toute nouvelle création en 2013, quand le PR Macky Sall nous accordait sa confiance renouvelée et nous avons su relever les défis du moment.

A mon successeur, je lui souhaite d’avance une belle réussite dans la continuité des immenses chantiers ouverts, pour une gouvernance migratoire mieux repensée et harmonieusement partagée par tous les acteurs du sous-secteur, dans une démarche inclusive.

Enfin, je sollicite vos prières à l’endroit du Président Macky Sall et du Gouvernement, pour la réussite des importants programmes du PSE, au grand bénéfice du peuple Sénégalais.

Ambassadeur
Sory F. M. KABA

Lire la suite

En Politique

HOTLINE

On en parle