Connect with us

Monde

Le prix Nobel de la paix 2017 décerné à la campagne antinucléaire ICAN

Publié il y a

on

Le prix Nobel de la paix 2017 décerné à la campagne antinucléaire ICAN

Le comité Nobel norvégien a tenu à souligner la grande menace que représentent ces armes pour la paix mondiale, en visant notamment les ambitions militaires de la Corée du Nord.

Alors que Donald Trump remet en cause l’accord nucléaire iranien et que la Corée du Nord multiplie les essais nucléaires, le symbole est fort. Le prix Nobel de la paix 2017 a été attribué ce vendredi à l’ICAN, la campagne internationale pour l’abolition des armes nucléaires.

» Lire aussi – Un siècle de prix Nobel de la paix passé au crible

«Nous vivons dans un monde où le risque que les armes nucléaires soient utilisées est plus élevé qu’il ne l’a été depuis longtemps. Certains pays modernisent leurs arsenaux nucléaires, et le danger que plus de pays se procurent des armes nucléaires est réel, comme le montre la Corée du Nord», a déclaré la présidente du comité Nobel norvégien, Berit Reiss-Andersen, qui a appelé les puissances nucléaires à entamer des «négociations sérieuses» en vue d’éliminer leur arsenal.

» Lire aussi – Corée du Nord, Iran: doit-on craindre une prolifération nucléaire dans le monde?

À Berlin, le 13 septembre dernier, des militants de la campagne ICAN (BRITTA PEDERSEN / AFP)

Depuis 2007, la campagne rassemble 460 ONG, dont l’Association internationale des médecins pour la prévention de la guerre nucléaire (IPPNW), afin de lutter contre les armes nucléaires dans le monde. Ils travaillent pour la reconnaissance «de leurs conséquences humanitaires et environnementales catastrophiques».

La campagne appelle les États, les organisations internationales mais aussi la société civile à reconnaître la nécessité d’une interdiction totale des armes nucléaires.

Souhaitant les «éliminer complètement», l’ICAN a poussé à l’adoption d’un traité historique d’interdiction de l’arme atomique en juillet dernier. Signé par 122 pays, il a une portée essentiellement symbolique en l’absence des neuf puissances nucléaires.

» Lire aussi – ONU: un traité interdit symboliquement l’arme nucléaire

D’après Berit Reiss-Andersen, l’ICAN a eu le mérite d’«attirer l’attention sur les conséquences humanitaires catastrophiques induites par tout recours aux armes nucléaires et pour ses efforts déterminants en vue d’obtenir un traité d’interdiction de ces armes».

«Le Comité (Nobel) tient à souligner que les prochaines étapes vers la réalisation d’un monde sans armes nucléaires doivent impliquer les États dotés de l’arme nucléaire. Cette année, le prix de la Paix est donc également un appel lancé à ces États pour qu’ils engagent des négociations sérieuses en vue de la disparition progressive, équilibrée et soigneusement contrôlée de près de 16.000 armes nucléaires dans le monde», a-t-elle expliqué.

«Le désarmement n’est pas un rêve, mais une nécessité humanitaire urgente»

L’ICAN a annoncé qu’elle acceptait «avec une immense joie» le prix Nobel. «C’est un moment de grande tension dans le monde, alors que les déclarations enflammées pourraient tous nous conduire très facilement, inexorablement, vers une horreur sans nom», a déclaré l’ICAN dans un communiqué.

«Le désarmement n’est pas un rêve, mais une nécessité humanitaire urgente». Avant d’ajouter: «Le spectre d’un conflit nucléaire plane à nouveau largement. S’il y avait un moment pour que les nations déclarent leur opposition sans équivoque aux armes nucléaires, ce moment serait maintenant», a lancé l’organisation. La directrice Béatrice Fihn a ensuite directement attaqué Donald Trump: «L’élection du président Donald Trump a mis beaucoup de gens très mal à l’aise, à l’idée qu’il peut, à lui seul, autoriser l’utilisation des armes nucléaires».

» Lire aussi – Armes nucléaires: une vingtaine de pays contre un traité d’interdiction

La chef de la diplomatie européenne, Federica Mogherini, a salué cette attribution. «C’est bien de voir le prix Nobel 2017 à l’ICAN. Nous partageons un solide engagement pour parvenir à l’objectif d’un monde débarrassé des armes nucléaires», a réagi la Haute Représentante de l’UE sur son compte Twitter.

À Moscou, le Kremlin a déclaré «respecter» cette attribution, en réaffirmant que la Russie restait fidèle à sa politique de non-prolifération. «C’est la décision du Comité Nobel, et il faut la respecter», a indiqué à la presse le porte-parole du Kremlin, Dmitri Peskov.

«La Russie est un membre responsable du club des puissances nucléaires, et on connaît bien notre position selon laquelle la parité nucléaire est très importante et sans alternative (…) pour la stabilité et la sécurité régionales», a-t-il souligné. Moscou défend «de manière active et conséquente sa position visant à aboutir à la non-prolifération des armes nucléaires», a assuré le porte-parole.

Le prix Nobel de la paix, doté d’une médaille d’or et de neuf millions de couronnes suédoises (près d’un million d’euros), sera remis à Oslo le 10 décembre.

Figaro

Monde

Paul Kagamé recadre le commissaire européen à la Coopération et au développement : “Vous devez arrêter avec votre complexe de supériorité… Pour qui vous vous prenez ?”

Publié il y a

on

Par

Paul Kagamé recadre un commissaire européen

Neven Mimica, commissaire européen à la Coopération et au développement n’oubliera pas de sitôt son face à face de la semaine dernière avec le président rwandais, Paul Kagamé.
Lors d’un débat diffusé par la chaine FRANCE24 ce weekend, le premier s’est fait remonter les bretelles par le second sur une question liée au respect des droits de l’Homme au Rwanda. “Nous avons une approche globale dont nous discutons avec nos partenaires et les droits de l’homme, leur respect, en font partie. Nous parlons développement et droits de l’homme en même temps, d’une manière très ouverte et liée entre les deux aspects”, a répondu le représentant de l’Union européenne à une question de la journaliste de France24 liée aux droits humains.
Il n’en fallait pas plus pour faire sortir Paul Kagamé de ses gonds. Le chef de l’Etat rwandais n’a pas attendu la relance de notre consœur pour recadrer le commissaire européen à la Coopération et au développement. ” Vous devez arrêter avec votre complexe de supériorité, toute cette absurdité sur les droits de l’homme. Nous, on s’est battu pour les droits de l’homme et la liberté de nos peuples, plus que quiconque, y compris vous qui continuez à parler de cette absurdité. Là, souvenez-vous d’où venaient nos pays et où on les a emmenés, cela parle pour nous. Vous devriez arrêter de dire aux autres quoi faire ou ne pas faire, même si ce n’est pas à votre goût. Mais pour qui vous prenez-vous ?”, s’est emporté Kagamé qui ne semble pas se soucier des conséquences d’un tel affront.

Lire la suite

Monde

ROME : Le Dr Qu Dongyu élu nouveau DG de la FAO

Publié il y a

on

Par

Dr Qu Dongyu DG FAO

Qu Dongyu, vice-ministre chinois de l’Agriculture, a été élu dimanche directeur général de l’organisation des Nations unies pour l’alimentation et l’agriculture.

Il est le premier Chinois à accéder à cette fonction. Qu Dongyu, vice-ministre chinois de l’Agriculture, a été élu dimanche 23 juin à la tête de l’Organisation des Nations unies pour l’alimentation et l’agriculture (FAO), basée à Rome, en obtenant une majorité absolue dès le premier tour de scrutin. Il succédera en août au Brésilien José Graziano da Silva.
Le ministre de l’Agriculture et de l’équipement rural Moussa Baldé a conduit la délégation sénégalaise à cette session de la FAO.

 

ROME : Le Dr Xu Dongyu élu nouveau DG de la FAO

 

ROME : Le Dr Xu Dongyu élu nouveau DG de la FAO
Lire la suite

Monde

Relation entre le Royaume Uni et le Sénégal, Réunion au MAE / Amadou Bâ rassure et justifie son absence : ” Il n’y a aucune tension entre le Sénégal et le Royaume Uni…”

Publié il y a

on

Le ministre Amadou Ba

Au cours de l’ouverture de la session sur le dialogue politique entre l’Union européenne et le Sénégal, le ministre des affaires étrangères et des sénégalais de l’extérieur , Amadou Bâ précise : ” il faut noter que malgré tout ce que entendez sur la BBC et de toute l’actualité autour, il n’y a aucune tension entre le Royaume Uni et notre pays. Ce n’est pas possible”, signifie t-il.

Et Amadou Bâ d’éclairer toujours la lanterne sur son absence lors de la dernière conférence de presse au ministère de affaires étranges : ” qu’il n’avait tout simplement rien à dire sur ce sujet, ce jour là”.

Lire la suite

En Politique

HOTLINE

On en parle