Connect with us

Politique

Pr BABACAR GUÈYE (RESOCIT) : ” La moindre des choses était d’annuler les législatives…

” Le Resid dit que  le ministère de l’intérieur ne doit plus organiser d’élections au Sénégal” il rappellera à l’intention de ceux qui pensent autrement que Me  Ousmane Ngom  n’a jamais organisé les élections dont on parle souvent sous Wade. ”

Publié il y a

on

Pr BABACAR GUÈYE (RESOCIT) : " La moindre des choses était d'annuler les législatives...
Professeur agrégé de droit et spécialiste de droit constitutionnel, Pr Babacar Guèye a estimé, ce dimanche, que le Sénégal des hommes politiques devrait renouer avec le dialogue. Pour lui, ” ce dialogue n’aurait jamais dû s’interrompre” .

L’invité du ” Grand Jury ” ira plus loin dans son approche. ” La démocratie repose sur deux piliers. L’un c’est la compétition et l’autre sur le dialogue. Le dialogue doit reposer sur les règles qui régissent la compétition. Il doit être permanent. Ce sont  les acteurs du dialogue qui doivent en définir les termes. Il ne faut pas qu’il y ait beaucoup trop d’invités. Il faut savoir avec qui, sur  quoi et comment dialoguer. Il faut nécessairement qu’on renoue le dialogue. On va vers une élection présidentielle. Il faudra que tout le monde se mette d’accord sur les règles de jeu”.

Babacar Guèye de valider la requête de l’opposition qui requiert l’audit du fichier électoral. ” Dans la mesure où il y a ces suspicions et.. pour éviter toutes formes de contestation, il faut aller vers cet audit du fichier électoral. La société civile est favorable à cet audit du fichier. ”
Le leader de la plateforme des Acteurs Non-étatiques de regretter qu’une pléthore de Sénégalais n’aient pu voter lors des législatives pour n’avoir pu retirer leurs cartes d’électeur. Ainsi, dénoncera -t-il la validation des résultats sortis des urnes par la Cour Suprême. ” La cour suprême du Kenya a annulé des élections pour beaucoup moins que ça ” fait-il remarquer, non sans marteler que ” la moindre des choses à faire était d’annuler les élections législatives. La Cour Suprême aurait dû être bien inspirée en annulant les élections.

CHOIX D’ ALY NGOUILLE NDIAYE

Invité à se prononcer sur le choix d’Aly Ngouille Ndiaye et le départ d’Abdoulaye Daouda Diallo du ministère de l’intérieur comme parade aux critiques de l’opposition, Babacar Guèye se voudra clair dans sa réponse. ”Ce n’est pas parce qu’on change de ministre, qu’on a réglé le problème”.  Pour lui, le Sénégal a besoin d’une autorité de la démocratie qui s’occupera du dialogue et de l’organisation des élections. ” Nous le réclamons !” s’exclame-t-il avant de formaliser sa position. ” Le Resid dit que  le ministère de l’intérieur ne doit plus organiser d’élections au Sénégal” il rappellera à l’intention de ceux qui pensent autrement que Me  Ousmane Ngom  n’a jamais organisé les élections dont on parle souvent sous Wade. ” C’est Cheikh Guèye qui les organisaient  et c’était sans anicroches”.  À la question de savoir si la Cena ne suffisait pas comme structure indépendante, le professeur arguera les compétences limitées de ladite structure. ”La Cena n’est pas suffisante. Elle n’organise pas. La transparence doit se voir, elle doit être inscrite dans tout le processus électoral. Il y a une partie du processus qui échappe à la Cena”.

Babacar Guèye profitera de l’occasion que lui offre le ”Grand Jury” pour attirer l’attention des Sénégalais sur deux choses. D’abord sur la possibilité qui est donnée au Président Macky Sall de briguer un nouveau mandat en 2024. Le professeur de droit constitutionnel confie que juridiquement aucune garantie n’est prévue dans le sens d’empêcher cette possibilité”.  Ensuite sur la nécessité de voir le Président de la République et son ministre de la justice se désengager du Conseil Supérieur de la Magistrature afin de la rendre indépendante et plus efficace du système de nomination ”.

Le Président du Collectif des Organisations de la Société civile pour les élections et Président du Réseau Sénégalais des Observateurs Citoyens de finir ses propos en souhaitant un bon dénouement de la crise qui secoue Yevuz Sélim.

Politique

PDS / Wade forme un nouveau Secrétariat National : Karim Wade en pôle position, Oumar Sarr et Cie virés (DOCUMENTS)

Publié il y a

on

Wade

Dakaractu s’interrogeait sur l’avenir de Oumar Sarr et Cie dans le Parti Démocratique Sénégalais (PDS), Me Abdoulaye Wade vient de confirmer ce que tout le monde redoutait. Le Secrétaire général national du PDS vient de former un nouveau groupe marqué par l’absence de Oumar Sarr qui était jusque-là Secrétaire général adjoint du parti. Cependant, on peut noter la présence de Karim Maïssa Wade comme Secrétaire général adjoint chargé l’Organisation, de la Modernisation et de l’Elaboration des Stratégies politiques. Dakaractu vous livre le document portant nominations des nouveaux membres du Secrétariat national du PDS…

Lire la suite

Politique

Pierre Atepa Goudiaby écrit à Marième Faye Sall : A Mme La Première Dame et chère Sœur…

Publié il y a

on

Par

Première Dame

Au Sénégal comme au-delà de nos frontières, vous êtes décrite comme une dame de cœur, une épouse aimante complice de son compagnon et une mère d’une affection infinie. Je prends la liberté de me prévaloir de cette triple réputation alliée à votre engagement patriotique pour m’adresser à vous et à travers vous, à votre illustre époux, le Président de tous les Sénégalais, Macky Sall.

Je souhaiterais respectueusement que votre fibre humaine intercède en faveur de M. Khalifa Sall pour lui permettre de connaître l’ambiance familiale et la communion religieuse que vous allez vivre dans votre famille ainsi que vos proches, à l’occasion de l’Aid El Kébir, la fête communément connue chez nous comme la Tabaski.

Je souhaiterais votre haute intervention auprès du chef de l’Etat pour qu’il autorise Khalifa Sall, son compatriote, son frère, à connaître les plaisirs ordinaires mais précieux du cadre familial lors de l’un des plus grands événements du monde musulman qui, au Sénégal, réunit les régions, les religions, les ethnies, les chapelles politiques et toute notre nation dans son enrichissante diversité.

Mme la Première Dame et Chère Soeur,

Vous êtes connue comme une main secourable, un cœur affectueux qui a décidé de consacrer son talent, sa vie et son énergie au bénéfice des Sénégalais. Pas un jour ne passe sans la confirmation de telles valeurs que vous avez chevillées au corps. C’est pour cette raison que je souhaiterais solliciter les vertus qui vous habitent pour demander à notre Président un geste chevaleresque digne de nos preux devanciers et qui va encore démontrer, par les actes, son sens de l’humain. Ses privilèges constitutionnels l’autorisent à le faire, sa volonté de réunir tous les Sénégalais autour de l’essentiel justifie une telle mesure dictée par le lait de la tendresse humaine qui lie toutes les créatures de Notre Seigneur.

Vous avez toujours été aux côtés de notre Président lors des grands moments de sa vie. Vous l’avez aidé de votre bon sens, de vos conseils avisés et de votre accompagnement jamais pris en défaut. Aujourd’hui encore, vous pouvez trouver les mots appropriés, le moment idoine et le pouvoir de conviction pour prendre avec lui la main que l’histoire lui tend en le conviant à un de ses banquets. Vous avez les moyens. Vous en avez le devoir.

En attendant une grande action de votre part, je vous prie de bien vouloir recevoir, Mme la Première Dame et Chère Sœur, l’expression de ma très haute considération.

TRES BONNE FÊTE DE TABASKI À VOUS MÊME, VOTRE ÉPOUX, mon très cher jeune frère, ainsi qu’à tous le reste de vôtre famille.

Pierre Atepa GOUDIABY

Lire la suite

Politique

AIBD : Arrivée du président du Mali Ibrahima Boubacar Keïta

Publié il y a

on

Par

Ibrahima Boubacar

Le président de la République malienne, Ibrahima Boubacar Keïta vient de fouler le tarmac de l’aéroport Blaise Diagne.
Accompagné d’une forte délégation du corps diplomatique malien, il est descendu à bord de l’avion présidentiel de la République du Mali. Ibrahima Boubacar Keïta est venu assister à la cérémonie d’hommage national à la mémoire de Ousmane Tanor Dieng dont la dépouille est sur place.

Lire la suite

En Politique

HOTLINE

On en parle