Connect with us

Politique

Pr BABACAR GUÈYE (RESOCIT) : ” La moindre des choses était d’annuler les législatives…

” Le Resid dit que  le ministère de l’intérieur ne doit plus organiser d’élections au Sénégal” il rappellera à l’intention de ceux qui pensent autrement que Me  Ousmane Ngom  n’a jamais organisé les élections dont on parle souvent sous Wade. ”

Publié il y a

on

Pr BABACAR GUÈYE (RESOCIT) : " La moindre des choses était d'annuler les législatives...
Professeur agrégé de droit et spécialiste de droit constitutionnel, Pr Babacar Guèye a estimé, ce dimanche, que le Sénégal des hommes politiques devrait renouer avec le dialogue. Pour lui, ” ce dialogue n’aurait jamais dû s’interrompre” .

L’invité du ” Grand Jury ” ira plus loin dans son approche. ” La démocratie repose sur deux piliers. L’un c’est la compétition et l’autre sur le dialogue. Le dialogue doit reposer sur les règles qui régissent la compétition. Il doit être permanent. Ce sont  les acteurs du dialogue qui doivent en définir les termes. Il ne faut pas qu’il y ait beaucoup trop d’invités. Il faut savoir avec qui, sur  quoi et comment dialoguer. Il faut nécessairement qu’on renoue le dialogue. On va vers une élection présidentielle. Il faudra que tout le monde se mette d’accord sur les règles de jeu”.

Babacar Guèye de valider la requête de l’opposition qui requiert l’audit du fichier électoral. ” Dans la mesure où il y a ces suspicions et.. pour éviter toutes formes de contestation, il faut aller vers cet audit du fichier électoral. La société civile est favorable à cet audit du fichier. ”
Le leader de la plateforme des Acteurs Non-étatiques de regretter qu’une pléthore de Sénégalais n’aient pu voter lors des législatives pour n’avoir pu retirer leurs cartes d’électeur. Ainsi, dénoncera -t-il la validation des résultats sortis des urnes par la Cour Suprême. ” La cour suprême du Kenya a annulé des élections pour beaucoup moins que ça ” fait-il remarquer, non sans marteler que ” la moindre des choses à faire était d’annuler les élections législatives. La Cour Suprême aurait dû être bien inspirée en annulant les élections.

CHOIX D’ ALY NGOUILLE NDIAYE

Invité à se prononcer sur le choix d’Aly Ngouille Ndiaye et le départ d’Abdoulaye Daouda Diallo du ministère de l’intérieur comme parade aux critiques de l’opposition, Babacar Guèye se voudra clair dans sa réponse. ”Ce n’est pas parce qu’on change de ministre, qu’on a réglé le problème”.  Pour lui, le Sénégal a besoin d’une autorité de la démocratie qui s’occupera du dialogue et de l’organisation des élections. ” Nous le réclamons !” s’exclame-t-il avant de formaliser sa position. ” Le Resid dit que  le ministère de l’intérieur ne doit plus organiser d’élections au Sénégal” il rappellera à l’intention de ceux qui pensent autrement que Me  Ousmane Ngom  n’a jamais organisé les élections dont on parle souvent sous Wade. ” C’est Cheikh Guèye qui les organisaient  et c’était sans anicroches”.  À la question de savoir si la Cena ne suffisait pas comme structure indépendante, le professeur arguera les compétences limitées de ladite structure. ”La Cena n’est pas suffisante. Elle n’organise pas. La transparence doit se voir, elle doit être inscrite dans tout le processus électoral. Il y a une partie du processus qui échappe à la Cena”.

Babacar Guèye profitera de l’occasion que lui offre le ”Grand Jury” pour attirer l’attention des Sénégalais sur deux choses. D’abord sur la possibilité qui est donnée au Président Macky Sall de briguer un nouveau mandat en 2024. Le professeur de droit constitutionnel confie que juridiquement aucune garantie n’est prévue dans le sens d’empêcher cette possibilité”.  Ensuite sur la nécessité de voir le Président de la République et son ministre de la justice se désengager du Conseil Supérieur de la Magistrature afin de la rendre indépendante et plus efficace du système de nomination ”.

Le Président du Collectif des Organisations de la Société civile pour les élections et Président du Réseau Sénégalais des Observateurs Citoyens de finir ses propos en souhaitant un bon dénouement de la crise qui secoue Yevuz Sélim.

Politique

Gamou : le nouveau cadre de l’opposition à Tivaouane

Publié il y a

on

Par

nouveau cadre

Ce sera un chassé-croisé entre Macky Sall et le nouveau cadre de l’opposition en gestation. D’après des sources de «L’As», après Macky Sall, Idrissa Seck, Malick Gakou, Pape Diop, Aguibou Soumaré et Madické Niang sont attendus ce matin à Tivaouane. Sur les pas du Président Macky Sall, ils seront reçus par le Khalife général des Tidianes et par le porte-parole de la famille Sy, avant de regagner Dakar dans l’après-midi. Pour rester dans le sillage des visites aux chefs religieux, il y a lieu de signaler que le Président Macky Sall est attendu à Médina Baye, vendredi prochain.

Lire la suite

Politique

Ousmane Sonko : « Macky Sall fait de la diversion. En février 2024, il ne sera plus président de ce pays. Il doit être conjugué au passé »

Publié il y a

on

Par

diversion

Le leader de “Pasteef” Les Patriotes était sans détours avec les questions d’actualités sur lesquelles il s’est prononcé à l’occasion d’un entretien accordé à la Sentv.

Ousmane Sonko , n’a pas été tendre avec le régime actuel. « Ce qui se passe actuellement dans le pays est tout simplement une diversion. Macky Sall veut faire oublier aux sénégalais les enjeux qui interpellent la nation en essayant de nous distraire autour d’un 3e mandat » dira le vainqueur de la présidentielle à Ziguinchor.

Et Ousmane Sonko, dans son argumentation, de souligner que : « cette situation économique qui empire, montre simplement que ce régime ne respecte pas les Sénégalais. Car ce rapport sorti récemment par l’équipe de doing business ne doit pas être honorifique, mais plutôt il devrait nous faire penser qu’être 123e sur 190 pays mérite beaucoup d’efforts à consentir »

En alertant, Ousmane Sonko s’exprimera sur ce qui se passe actuellement en Guinée en disant qu’il apporte son soutien au peuple Guinéen mais toujours, il faudrait que les peuples africains se réveillent.

En terminant ses propos, Ousmane Sonko, concernant le statut du chef de l’opposition,  notera que : « l’importance est de se concentrer sur les urgences, mais ce statut ne m’intéresse point ».
Il rappelle ainsi aux sénégalais que le président Macky Sall sera dès lors conjugué au passé en 2024 car, il ne sera plus président de ce pays.

Lire la suite

Politique

Première sortie de Sory Kaba depuis son limogeage : « Ma loyauté envers le Chef de l’Etat ne souffre d’aucune ambiguïté ; ni hier, ni aujourd’hui… »

Publié il y a

on

Par

ma loyauté

Après avoir rendu Grâce à Allah (swt), Je tiens, à l’occasion de cette cérémonie de passation de services du Mercredi 30 octobre 2019 à 15 heures, à remercier vivement Son Excellence, le Président de la République, Monsieur Macky SALL, pour la confiance qu’il m’a toujours accordée depuis le début de notre cheminement.

Je tiens à rappeler que ma loyauté envers le Chef de l’Etat ne souffre d’aucune ambiguïté ; ni hier, ni aujourd’hui et, ceci, depuis qu’il m’a proposé de venir le rejoindre à la Marie de Fatick en 2010, alors que j’étais en activité en France.

Je voudrais, par ce canal, lui renouveler mon engagement sincère pour l’accompagner à réussir ses nobles et exaltantes missions à la tête de notre pays, pour ainsi concrétiser les grands Espoirs du peuple sénégalais vers la prospérité et l’émergence.

En outre, je tiens à remercier tous les sénégalais qui m’ont témoigné de leur sympathie et leur solidarité tout au long de mes fonctions à la tête de la Direction Générale d’Appui aux Sénégalais de l’Extérieur (DGASE). Ses remerciements vont également à l’endroit de mes amis, mes sympathisants, les Sénégalais de l’Extérieur ainsi qu’aux membres de ma famille.

Aux populations de la Région de Fatick, sans exclusive, je tiens à vous remercier chaleureusement et à vous rassurer de ma disponibilité, de mon engagement ferme, particulièrement pour la cause des femmes et des jeunes…Ma détermination pour relever les défis majeurs devant positionner notre ville dans le peloton des localités les plus prospères où il fait mieux vivre et résolument tournées vers le développement, demeure intacte.

Enfin, je remercie vivement mes collaborateurs, tout le personnel du MAESE et particulièrement de la DGASE, pour leur engagement, leur loyauté et leur dévouement dans l’accomplissement de la mission qui nous avait été tous confiée. La DGASE était une toute nouvelle création en 2013, quand le PR Macky Sall nous accordait sa confiance renouvelée et nous avons su relever les défis du moment.

A mon successeur, je lui souhaite d’avance une belle réussite dans la continuité des immenses chantiers ouverts, pour une gouvernance migratoire mieux repensée et harmonieusement partagée par tous les acteurs du sous-secteur, dans une démarche inclusive.

Enfin, je sollicite vos prières à l’endroit du Président Macky Sall et du Gouvernement, pour la réussite des importants programmes du PSE, au grand bénéfice du peuple Sénégalais.

Ambassadeur
Sory F. M. KABA

Lire la suite

En Politique

HOTLINE

On en parle