Connect with us

Afrique

Mouvement anti-Cfa, plainte contre Sarkozy, Front contre les Ape : Les enfants de Sankara ont grandi

Publié il y a

on

panafricaniste

15 octobre 1987-15 octobre 2017. Trente ans après la mort de Thomas Sankara, on assiste en Afrique à l’émergence d’un puissant mouvement citoyen dont le discours panafricaniste est digne de la harangue révolutionnaire, orientée contre la France des réseaux foccartiens, du prédécesseur de Blaise Compaoré.

En effet, réunie sous le nom de Front international des sociétés civiles panafricaines, une quinzaine d’activistes et d’associations de la société civile africaine, dont le mouvement Y’en a marre, ont annoncé, dans un communiqué lu samedi passé à Bamako par le Guinéen Elie Kamano, avoir porté plainte auprès de la Cour pénale internationale (CPI) contre l’ancien président de la République française Nicolas Sarkozy. Cela, pour “crime de guerre et crime contre l’humanité”, à la suite d’une intervention conjointe de la France et de la Grande Bretagne en 2011. Cette plainte serait motivée par les révélations de l’ancien directeur de cabinet de Kadhafi Béchir Saleh, qui, dans un entretien accordé à Jeune Afrique en septembre 2017, n’attribue pas le beau  rôle à l’ex-chef d’Etat français, qui aurait profité de sa posture pour régler des « comptes personnels » avec  le guide libyen Mouammar Kadhafi.

Un mois plus tôt, « l’activiste » Kémi Seba a été arrêté puis relâché par la police sénégalaise pour avoir, en guise de protestation contre cette monnaie supposée toujours coloniale, brûlé publiquement un billet de 5 000 F Cfa. Son expulsion de Dakar a suscité un tollé au point d’obliger le gouverneur de la BCEAO a sortir de sa réserve à la faveur d’un entretien accordé à Rfi sur ce sujet qui fâche. Ainsi, le mouvement anti-Cfa projette d’organiser beaucoup d’actions d’envergure en France et en Afrique pour faire bouger les lignes.

Même les chefs d’Etat africains parmi les plus « franco-feel », comme Idriss Déby,  n’usent plus de langue de bois pour préconiser une réforme des politiques monétaires. Cela, d’autant plus que certaines clauses de coopération du Franc CFA sont jugées désuètes et contre-productives.

Dans le même temps, le Sénégalais Guy Marius Sagna, plusieurs fois arrêté par la police depuis bientôt deux ans, mène une croisade contre les Ape (Accords de partenariat économiques), auxquels souscrits le duo Alassane Ouattara-Macky Sall, mais rejetés en 2007 par des chefs d’Etat africains comme Me Abdoulaye Wade.

Ce renouveau panafricaniste rappelle les années 40-50, quand la plupart des partis politiques africains, essentiellement ceux réunis dans le Rda à l’instigation de Houphouët Boigny, Sékou Touré et Modibo Keïta…, avaient en partage la revendication indépendantiste.

La nouveauté est que cette fois-ci, l’Afrique est défendue par une certaine société civile et non par des partis politiques traditionnels jugés complices dans ce qui s’est passé.

Sous ce rapport, aussi bien pour le cas du Sénégal que pour celui du Burkina Faso, ce sont des mouvements comme Y’en a marre et Balai citoyen, supposément inspirés par le mouvement Kifaya (Y’en a assez en arabe), qui ont joué un rôle décisif pour déclencher ce qui est communément appelé le « Printemps noir ».

Toutes choses qui laissent méditer que le combat de Thomas Sankara n’a pas été vain, malgré le fait que le patriotisme économique, à l‘échelon du pré-carré français en Afrique de l’Ouest, continue de perdre du terrain au profit des multinationales étrangères.

Afrique

Insécurité galopante au Mali et au Burkina Faso : l’Etat islamique et le GSIM dans une surenchère meurtrière ?

Publié il y a

on

l'Etat islamique

L’attaque du vendredi qui a visé un camp de l’armée malienne, à Indelimane, dans le nord-est du pays a été revendiquée par l’État islamique qui l’attribue à sa province de l’Afrique de l’Ouest.

En fait, cette attaque serait l’œuvre des hommes de l’EIGS qui, depuis quelques temps, semble être partie intégrante de l’Etat islamique en Afrique de l’Ouest.

Cette action d’envergure intervient moins d’une semaine après la mort du calife autoproclamé de l’Etat islamique. Abou Bakr al-Baghdadi a été tué dans une opération mené par les forces spéciales américaines, à Baricha, dans la province d’Idlib, dans le nord-ouest de la Syrie.

L’assaut sanglant a fait au moins 53 victimes dans les rangs des Fama, selon le ministre malien de la Communication.

Cette attaque est l’une des plus sanglantes infligées à l’armée malienne ces dernières années par les groupes terroristes.

Le 30 septembre dernier, un bataillon malien de la force conjointe du G5 Sahel a été attaqué par des jihadistes appartenant au Groupe de soutien à l’Islam et aux musulmans (GSIM), proche d’Aqmi. Une quarantaine militaires avaient été tués et un civil, à Mondoro, non loin de la frontière avec le Burkina.

Le député-maire de Djibo tué

Au Burkina Faso, c’est le maire de Djibo, la capitale régionale de Soum qui a été tué dimanche 03 novembre. Oumarou Dicko qui était en partance pour Ouagadougou est tombé dans une embuscade, avec ses trois accompagnants, à hauteur du village de Gaskindé.

Le véhicule du député-maire a sauté sur un engin explosif et deux de ses occupants sont morts sur le coup, rapporte rfi.fr.

L’élu a été sorti de la voiture et tué à bout portant par les assaillants non encore identifiés.

L’embuscade n’est pas encore revendiquée. Mais les groupes jihadistes sont soupçonnés, compte tenu, des actions qu’ils mènent quasi-quotidiennement dans cette zone où l’Etat est presque inexistant.

Lire la suite

Afrique

Internet : Facebook annonce le démantèlement d’une opération de désinformation russe en Afrique.

Publié il y a

on

opération de désinformation

Une opération de désinformation menée à partir de la Russie dans plusieurs pays d’Afrique, dont la Côte d’Ivoire, la République démocratique du Congo ou encore le Cameroun a été démantelée par les services de Facebook, selon un communiqué du premier réseau social au monde.

Un proche de Vladimir Poutine serait derrière cette opération avec de faux comptes publiant des messages politiques dans plusieurs pays africains.
Evgueni Prighozine serait le commanditaire de cette opération de désinformations.

Par ailleurs, il est aussi accusé d’avoir animé la campagne anti-Clinton et pro-Trump aux Etats-Unis en 2016.

Les comptes-pages étaient suivis par 450.000 internautes.

Lire la suite

Afrique

Tunisie : Décès de l’ancien président Zine el-Abidine Ben Ali à l’âge de 83 ans

Publié il y a

on

Par

Ben Ali
Sur Facebook, la famille de l’ancien président tunisien a annoncé, ce jeudi 19 septembre, son décès. Zine el-Abidine Ben Ali avait 83 ans.

Zine el-Abidine Ben Ali avait dirigé la Tunisie pendant plus de 23 ans. Il avait succédé à Habib Ben Ali Bourguiba en novembre 1987.

Il avait quitté le pouvoir en janvier 2011, poussé par des manifestations de colère dans son pays. Il avait été le premier chef de l’État emporté par le « printemps arabe ».

Lire la suite

En Politique

HOTLINE

On en parle