Connect with us

Politique

Madické Niang : « Wade n’avait pas le pouvoir de faire libérer Khalifa Sall»

Publié il y a

on

Le président du groupe parlementaire Liberté et Démocratie, Madické Niang, affirme que Wade n’avait pas les moyens de faire libérer Khalifa Sall. Contrairement à l’affirmation du Bloc centriste gaïndé (Bcg) de Jean-Paul Dias. Morceaux choisis d’une réplique faite en marge de l’ouverture de la session ordinaire de l’Assemblée nationale, ce vendredi.

« Wade avait dit… »

« Il a été dit que Me Abdoulaye Wade a tourné le dos à Khalifa Sall. Il l’a sacrifié en refusant de siéger à l’Assemblée nationale. D’abord, je voulais dire que c’est faux et totalement faux. Le président Wade n’avait nullement prévu de siéger à l’Assemblée nationale. Il avait dit aux Sénégalais : ‘Je ne veux rien. Tout ce que je veux, c’est engager le combat avec l’opposition, soutenir l’opposition et faire de sorte que l’opposition puisse triompher.’ C’est pourquoi logiquement, après qu’il a été élu, il a eu à prendre la décision de démissionner.
Quelqu’un a dit que cette démission était irrecevable. Non du tout. La démission s’est faite dans les normes. Cet argument d’irrecevabilité ne tient pas la route. La démission a été lue et présentée à l’Assemblée nationale lors de la séance d’ouverture.

« Si Wade venait pour bloquer l’Assemblée… »

« Deuxièmement, il a été soutenu par d’éminents juristes que Me Abdoulaye Wade, en venant siéger à l’Assemblée nationale, aurait pu permettre à Khalifa Sall de recouvrer la liberté. C’est faux, c’est archi-faux. Que ceux qui le disent présentent aux Sénégalais un seul texte, je dis une seule ligne d’un article de la Constitution ou du règlement intérieur de n’importe quelle loi, qui prévoit cela. On trompe l’opinion sénégalaise. Même s’il avait siégé, il n’aurait pas le pouvoir de bloquer l’Assemblée. Cette Assemblée est conçue d’une majorité que contrôle le pouvoir. Si Abdoulaye Wade était venu pour présider l’audience, il aurait suffi simplement que quelqu’un présente une motion pour demander à ce qu’un autre doyen d’âge soit élu. Immédiatement, il aurait été élu ce doyen d’âge et Abdoulaye Wade ne serait plus président de séance. Les Sénégalais sérieux ne peuvent jamais accepter cette proposition.

« Ceux qui ont sur leur conscience la détention de Khalifa Sall… »

« Je le dis, en toute amabilité, ceux qui ont aujourd’hui dans leurs consciences des remords, ceux qui sont habités par des remords, ceux qui ont brisé l’unité qui était celle de l’opposition et à laquelle le président Wade avait eu à convier toute l’opposition, c’est ceux-là qui ont créé qu’il y ait plusieurs listes. C’est ceux-là qui ont sur leur conscience le fait que Khalifa Sall ne soit pas libre. Si l’opposition était partie unie, elle aurait facilement gagné et aujourd’hui on aurait les moyens de bloquer le déroulement de l’Assemblée nationale pour demander la comparution de Khalifa Sall. Mais sans majorité, on ne peut pas le faire.

« Nous n’accepterons pas qu’on ternisse l’image de Wade »

« Une fois de plus, nous demandons à nos amis avec qui nous partageons l’opposition, d’être habités par la sérénité, par le sérieux. Nous ne pouvons pas accepter que des affirmations gratuites soient à plusieurs reprises servies aux Sénégalais pour ternir l’image d’Abdoulaye Wade. Tout le monde sait que le président Wade a tout donné au Sénégal au péril de sa vie, vu son âge. Il a parcouru le Sénégal pour faire campagne. Aujourd’hui, il ne mérite pas que des membres de l’opposition qui n’ont pas joué leur rôle auprès de Khalifa Sall et pour la constitution et le maintien de la liste unique, se permettent tous les jours de dire qu’il appartenait à Abdoulaye Wade de faire libérer Khalifa Sall.

« Le juge doit libérer Khalifa Sall »

« Le combat que nous menons, nous ne le menons pas seulement pour Khalifa Sall, mais pour le triomphe de la justice, pour la dignité du député. Le député, sa place n’est pas en prison. Aujourd’hui les juges doivent comprendre que Khalifa Sall n’est plus le Khalifa Sall qu’ils avaient mis en prison. Mais c’est un député du peuple. Le juge doit le libérer. C’est ça notre position. C’est une position que nous engageons à tout moment parce que nous sommes conscients que c’est de ce côté que se trouve la justice et la dignité du député. »

seneweb

Politique

Gamou : le nouveau cadre de l’opposition à Tivaouane

Publié il y a

on

Par

nouveau cadre

Ce sera un chassé-croisé entre Macky Sall et le nouveau cadre de l’opposition en gestation. D’après des sources de «L’As», après Macky Sall, Idrissa Seck, Malick Gakou, Pape Diop, Aguibou Soumaré et Madické Niang sont attendus ce matin à Tivaouane. Sur les pas du Président Macky Sall, ils seront reçus par le Khalife général des Tidianes et par le porte-parole de la famille Sy, avant de regagner Dakar dans l’après-midi. Pour rester dans le sillage des visites aux chefs religieux, il y a lieu de signaler que le Président Macky Sall est attendu à Médina Baye, vendredi prochain.

Lire la suite

Politique

Ousmane Sonko : « Macky Sall fait de la diversion. En février 2024, il ne sera plus président de ce pays. Il doit être conjugué au passé »

Publié il y a

on

Par

diversion

Le leader de “Pasteef” Les Patriotes était sans détours avec les questions d’actualités sur lesquelles il s’est prononcé à l’occasion d’un entretien accordé à la Sentv.

Ousmane Sonko , n’a pas été tendre avec le régime actuel. « Ce qui se passe actuellement dans le pays est tout simplement une diversion. Macky Sall veut faire oublier aux sénégalais les enjeux qui interpellent la nation en essayant de nous distraire autour d’un 3e mandat » dira le vainqueur de la présidentielle à Ziguinchor.

Et Ousmane Sonko, dans son argumentation, de souligner que : « cette situation économique qui empire, montre simplement que ce régime ne respecte pas les Sénégalais. Car ce rapport sorti récemment par l’équipe de doing business ne doit pas être honorifique, mais plutôt il devrait nous faire penser qu’être 123e sur 190 pays mérite beaucoup d’efforts à consentir »

En alertant, Ousmane Sonko s’exprimera sur ce qui se passe actuellement en Guinée en disant qu’il apporte son soutien au peuple Guinéen mais toujours, il faudrait que les peuples africains se réveillent.

En terminant ses propos, Ousmane Sonko, concernant le statut du chef de l’opposition,  notera que : « l’importance est de se concentrer sur les urgences, mais ce statut ne m’intéresse point ».
Il rappelle ainsi aux sénégalais que le président Macky Sall sera dès lors conjugué au passé en 2024 car, il ne sera plus président de ce pays.

Lire la suite

Politique

Première sortie de Sory Kaba depuis son limogeage : « Ma loyauté envers le Chef de l’Etat ne souffre d’aucune ambiguïté ; ni hier, ni aujourd’hui… »

Publié il y a

on

Par

ma loyauté

Après avoir rendu Grâce à Allah (swt), Je tiens, à l’occasion de cette cérémonie de passation de services du Mercredi 30 octobre 2019 à 15 heures, à remercier vivement Son Excellence, le Président de la République, Monsieur Macky SALL, pour la confiance qu’il m’a toujours accordée depuis le début de notre cheminement.

Je tiens à rappeler que ma loyauté envers le Chef de l’Etat ne souffre d’aucune ambiguïté ; ni hier, ni aujourd’hui et, ceci, depuis qu’il m’a proposé de venir le rejoindre à la Marie de Fatick en 2010, alors que j’étais en activité en France.

Je voudrais, par ce canal, lui renouveler mon engagement sincère pour l’accompagner à réussir ses nobles et exaltantes missions à la tête de notre pays, pour ainsi concrétiser les grands Espoirs du peuple sénégalais vers la prospérité et l’émergence.

En outre, je tiens à remercier tous les sénégalais qui m’ont témoigné de leur sympathie et leur solidarité tout au long de mes fonctions à la tête de la Direction Générale d’Appui aux Sénégalais de l’Extérieur (DGASE). Ses remerciements vont également à l’endroit de mes amis, mes sympathisants, les Sénégalais de l’Extérieur ainsi qu’aux membres de ma famille.

Aux populations de la Région de Fatick, sans exclusive, je tiens à vous remercier chaleureusement et à vous rassurer de ma disponibilité, de mon engagement ferme, particulièrement pour la cause des femmes et des jeunes…Ma détermination pour relever les défis majeurs devant positionner notre ville dans le peloton des localités les plus prospères où il fait mieux vivre et résolument tournées vers le développement, demeure intacte.

Enfin, je remercie vivement mes collaborateurs, tout le personnel du MAESE et particulièrement de la DGASE, pour leur engagement, leur loyauté et leur dévouement dans l’accomplissement de la mission qui nous avait été tous confiée. La DGASE était une toute nouvelle création en 2013, quand le PR Macky Sall nous accordait sa confiance renouvelée et nous avons su relever les défis du moment.

A mon successeur, je lui souhaite d’avance une belle réussite dans la continuité des immenses chantiers ouverts, pour une gouvernance migratoire mieux repensée et harmonieusement partagée par tous les acteurs du sous-secteur, dans une démarche inclusive.

Enfin, je sollicite vos prières à l’endroit du Président Macky Sall et du Gouvernement, pour la réussite des importants programmes du PSE, au grand bénéfice du peuple Sénégalais.

Ambassadeur
Sory F. M. KABA

Lire la suite

En Politique

HOTLINE

On en parle