Connect with us

Environnement

Habitat décent pour tous: Fann, Gueule Tapée, Medina, Fass et Colobane pour un foncier à équidistance entre les riches et les pauvres

Publié il y a

on

Habitat décent pour tous: Fann, Gueule Tapée, Medina, Fass et Colobane pour un foncier à équidistance entre les riches et les pauvres

Dans une lettre ouverte adreséé a son excellence le president de la republique les populations de Fann, Gueule Tapée, Medina, Fass et Colobane ont relevé  les cinq initiatives majeures  du chef de l’etat lors de son adresse a la nation pour parachever son second mandat.   Il s’agit du Programme zéro bidonville, du Programme zéro déchet et du Programme villes créatives qui replacent les industries culturelles au cœur de la Cité a  travers trois programmes sectoriels à l’échelle nationale.
Ces populations disent  par ailleurs bien noté les fermes instructions portant sur la mise en œuvre de la deuxième phase du Plan d’Action Prioritaire du Plan Sénégal Émergent (PSE), dénommé PAP II.  Il s’agit, entre autres, de construire cent mille (100.000) nouveaux logements sur toute l’étendue du territoire, pour un investissement global de cinq cents milliards de francs CFA (500 milliards F CFA). La concrétisation de ce programme fort structurant améliorera significativement, de par ses champs d’actions diverses et ses impacts multiples un rayonnement à large spectre, la qualité de vie des populations. La résultante majeure de cette belle initiative sera, inéluctablement, la promotion d’un habitat décent, pour tous, et une meilleure qualité de vie pour les populations en particulier celles qui sont les plus démunies.
Ainsi dans leur lettre adressée auPrésident de la République elles sollicitent pour l’entame de cet important chantier dans les  localités de Fann, Gueule Tapée, Medina, Fass et Colobane.
“Au-delà d’être éligible sur la base de votre critère de 10 mille habitants, nous émanons ce souhait, au motif singulier que nous avions tout cédé à la Nation depuis plus d’une soixantaine d’années”.
“Pour rappel :
Nos contributions foncières ont permis historiquement l’édification de : l’Université Cheikh Anta Diop, le Lycée Maurice Delafosse, la Place de l’Obélisque, la Maison Douta Seck, le Camp Samba Diery Diallo, la Cité Police, le Musée Dynamique, l’IFAN, le Jardin Botanique, les Hôpitaux (Fann et Repos Mandel), l’Ecole Supérieure Polytechnique, le Camp Claudel, la cité Claudel, le Magic Land, les hôtels Terrou Bi et Radisson Blu”.
” Maintenant, nos Terres sont devenues du Foncier Urbain, une Marchandise dont nous n’avons pas le prix.
La spéculation foncière, terreau favorable pour les hommes d’affaires, nous oblige à céder nos maisons et surtout nous rend vulnérables socialement et émotionnellement. A ces maux, s’ajoute notre transformation presque tacite en marginaux sociaux”.

Les habitants qui s’inscrivent dans la logique du chef de l’etat disent soutenir son combat contre ces prédateurs dont la devise semble être : « Le foncier urbain pour les riches et le foncier rural pour les pauvres ! » en appelle a la  très haute bienveillance du president afin de préserver leur patrimoine et assurer la survie d’un pan non négligeable de l’Identité nationale : « Terres de Lébous et Terres d’accueil »
” Oui, il est possible avec votre « Baraka » comme « la Cité Baraka » symbole de votre solidarité sans limites que nous saluons unanimement. Cette cité aux 210 familles avec 1600 sénégalaises et sénégalais est la preuve de votre audace et de votre dimension de Grand Homme d’Etat “.
” Excellence Monsieur le Président de la République,
Nous avons le Canal Boulevard de la Gueule-Tapée avec comme fonction le drainage des eaux usées. Il est fermé sans entretien depuis plus de 25 ans et est qualifié à juste titre de bombe sanitaire et écologique, du fait de la pollution de l’air et celle de la nappe phréatique.
L’autre Canal 4 qui était conçu et mise en œuvre avant notre Indépendance dont la vocation était juste de permettre le ruissellement des eaux de pluie afin  de lutter contre des inondations d’antan. Actuellement, à l’heure des Emergences, ce canal est notre « dépotoir de Mbeubeuss ». Il est sujet à de grands préjudices : moustiques, dégradations, perte d’attractivité. S’y ajoutent les eaux stagnantes induites par l’arrêt de l’écoulement vers la mer depuis plus d’une trentaine d’années”.
Ils rappellent toujours dans la lettre que ce  canal 4 qui s’étend sur une longueur d’au moins un kilomètre (1 km) et sur une largeur de trente mètres (30m), une belle surface urbaine qui pourrait, après remblaiement et aménagement technique, accueillir des immeubles modernes de minimum de 10 étages ainsi que des espaces de vie.
Un comité scientifique local a ete mis en place  pour contribuer à la faisabilité des 100 000 logements ainsi qu’aux autres réalisations comme le PSE-Vert, la formation professionnelle, le financement et le cadre de vie.
” Excellence Monsieur le Président de la République, nous sommes ce Peuple, qui a pour seul But de continuer, à vivre ici dans nos Terres avec un cœur pétri de cette Foi en la Nation Sénégalaise “.

Ibrahima BA Euso
Expert IT, Coordonnateur du comité scientifique

Environnement

Climat : le Chili renonce à organiser la COP25

Publié il y a

on

Par

COP25

Les Echos
La colère sociale qui agite le Chili depuis une douzaine de jours ne se prête pas à l’organisation d’un sommet mondial. Le pays renonce à organiser la COP25, la conférence sur le climat qui devait s’y tenir du 2 au 13 décembre, ainsi que le sommet de l’Apec, a annoncé le président Sebastian Piñera ce mercredi.

« Nous comprenons parfaitement l’importance de l’APEC et de la COP pour le Chili et le monde, mais nous avons basé notre décision sur le bon sens », a déclaré le chef de l’Etat conservateur, qui dit avoir décidé cette annulation « avec un profond sentiment de douleur ». « Un président doit faire passer son peuple avant tout », a-t-il ajouté.

Environ 25.000 délégués étaient attendus à la COP25 à Santiago, dont la jeune militante suédoise pour le climat Greta Thunberg. Un tel retournement de dernière minute est inédit dans l’histoire conférences sur le climat. La CCNUCC (Convention-cadre des Nations unies sur les changements climatiques) devra décider si la COP 25 est définitivement annulée, ou alors reportée à l’an prochain.

La Coopération économique pour l’Asie-Pacifique (Apec) devait également avoir lieu à Santiago, les 16 et 17 novembre. Elle avait été présentée comme une occasion pour la signature par les présidents américain Donald Trump et chinois Xi Jinping de la « phase 1 » d’un accord commercial que négocient les deux premières puissances économiques de la planète. A Washington, un responsable de la Maison blanche a déclaré que l’annulation du sommet de Santiago avait « pris par surprise » l’administration américaine.

Vingt morts depuis le début de la contestation
La décision d’annuler ces sommets met en lumière  l’ampleur des problèmes auxquels le pays d’Amérique latine est actuellement confronté. Une hausse du prix du ticket de métro dans la capitale a été le détonateur de cette fronde sociale inédite dans ce pays de 18 millions d’habitants réputé pour sa stabilité. Malgré la suspension de la mesure, le mouvement s’est amplifié, nourri par le ressentiment face aux inégalités sociales.

La grève générale s’installe en Bolivie et au Chili

Vingt personnes sont mortes depuis de la contestation, dont cinq par l’intervention des forces de sécurité. Plus d’un millier de personnes ont été blessées. Une mission de l’ONU pour enquêter sur ces cas de violations des droits de l’homme est attendue dans les prochains jours dans le pays.

Malgré un remaniement ministériel et  une déclaration du président qui a reconnu avoir « manqué de vision », de nouvelles manifestations, parfois émaillées d’incidents,  ont eu lieu ce mardi pour maintenir la pression sur le gouvernement. Environ 10.000 personnes, selon les autorités locales, se sont rassemblées sur l’emblématique Plaza Italia, dans le centre de Santiago, après un appel lancé sur les réseaux sociaux.

Les Echos

Lire la suite

Environnement

Environnement : Pour Reverdir le Sénégal, Macky mise sur un duo d’écologistes engagés.

Publié il y a

on

Par

Reverdir le Sénégal

Ali Haïdar, ancien ministre est connu pour son engagement en faveur de l’écologie. Chef d’un parti écologiste, il est s’est beaucoup impliqué dans le reboisement de la mangrove et la lutte contre l’érosion côtière. C’est ce militant vert et allié que le Président a choisi comme Directeur Général de l’agence sénégalaise pour la reforestation et la grande muraille verte dont la principale mission est de Reverdir le Sénégal et de promouvoir les éco-villages. Il dispose d’une bonne carte de visite tant au niveau national qu’international pour mobiliser des ressources complémentaires pour son agence.

À l’occasion du dernier conseil des Ministres, Monsieur Oumar Ba, Maire de Ndiob a été nommé président du conseil de surveillance de cette grande agence qui résulte de la fusion de l’agence des éco-villages et de l’agence de la grande muraille verte et qui intègre en plus le volet reforestation du pays.

Secrétaire permanent de l’association des maires, Monsieur Ba est aussi un militant écologiste engagé et président du réseau des villes et communes vertes et écologistes. La commune de Ndiob a reçu le prix de la meilleure politique publique agricole locale décerné par la FAO grâce à son orientation agroécologique et le prix de la meilleure initiative climat décerné par Le CGLUA à l’occasion du sommet de AFRICITES tenu à Marrakech en Novembre 2018.

C’est ce duo d’écologistes militants qui est chargé de mettre en œuvre l’ambitieux programme de reverdissement du Sénégal du chef de l’État mais de relancer le programme des éco-villages en hibernation depuis quelques années.

Lire la suite

Environnement

Eventuels débordements du Fleuve Sénégal : Les populations de la vallée et du Delta du fleuve Sénégal invitées à rester vigilantes

Publié il y a

on

Par

Fleuve Sénégal

Des débordements du Fleuve Sénégal ont été constatés dans la région autour de Bakel et Gouraye. Avec les fortes pluies enregistrées durant ces derniers jours, couplées aux apports des affluents non contrôlés, un dépassement de la cote d’alerte a été enregistré le 27 août 2019.  Les populations de la vallée et du Delta du fleuve Sénégal ont été invitées à rester vigilantes et à prendre toutes les dispositions nécessaires pour faire face aux éventuels débordements du fleuve engendrés principalement par les pluies et les apports des affluents non contrôlés, selon un communiqué de l’Organisation pour la mise en valeur du fleuve Sénégal. Cependant, indique la note, les niveaux d’eau se stabilisent actuellement à Bakel et Gouraye, mais la vigilance reste de mise, notamment en cas de nouveaux épisodes pluvieux.
Au niveau de Matam, par exemple, la cote d’alerte de 8 mètres a été dépassée depuis le 30 août 2019. «La propagation de l’onde de crue se poursuit et une montée des eaux est attendue dans les localités en aval de Matam.  En amont, le barrage de Manantali continue à stocker l’eau et écrêter la crue du Bafing», a conclu la source…

Lire la suite

On en parle