Connect with us

Economie

ENERGIE : L’apport énergétique de l’OMVS au Sénégal partagé par la SENELEC

Publié il y a

on

senelec
La contribution de l’Organisation pour la mise en valeur du fleuve Sénégal (OMVS) dans la fourniture de l’énergie au Sénégal s’est améliorée avec la réalisation d’ouvrages de seconde génération, a souligné, mardi à Saint-Louis, le chef du service dispatching de la SENELEC, Idrissa Traoré.

M. Traoré à cité à cet effet la centrale hydro-électrique de basse chute de Félou, au Mali, d’une puissance de 60 mégawatts et dont l’inauguration a eu lieu en décembre 2013.

L’ouvrage que partagent le Mali, la Mauritanie et le Sénégal et dont les travaux ont duré 5 ans, a été financé par la BEI (Banque européenne d’investissement) et la Banque mondiale pour un montant global estimé à environ 165 milliards de FCFA.

Le barrage de Félou dispose d’un taux productible en 2016, de 330,23 GWh et le Sénégal y a un quota de 82,55 GWh pour SENELEC, soit 25% du productible de Félou hors consommation du site.

La centrale en construction de Gouina (Mali), d’une capacité de production qui serait de l’ordre de 500 GWh par année, soit 25%, ainsi que celle de Koukoutamba, avec 70 MW de capacité et 175 GWh de productible pour le Sénégal, vont davantage améliorer la fourniture d’energie, a-t-il ajouté.

M. Traoré s’exprimait ainsi lors d’un exposé sur la fourniture de l’énergie par l’OMVS aux Etats membres, animé par l’expert à l’organisation sous-régionale Bouya Condé, en présence de journalistes, des étudiants de l’UGB et techniciens de l’OMVS.

“La SENELEC a un quota de 279,51 Gwh, soit 33% du productible du barrage de Manantali dont le taux productible est estimé en 2016 à 867 gwh”, a dit Idrissa Traoré qui signale qu’une “production supplémentaire de 80, 93 GWh sera par la suite livrée à la SDE”.

M. Traoré a signalé que “la SENELEC a, au 31 décembre 2016, accusé un léger dépassement sur son quota (49,53 mwh), soit un enlèvement global de 306,27 mwh”.

“L’énergie électrique livrée à la SENELEC s’est élevée à 85,86 gWh au 31 décembre 2016 et le coût variable de l’énergie enlevée sur Manantali-Félou est resté quasiment constant, soit 20,935 F CFA/kWh contre 20,925 F CFA/kWh en 2015. Ainsi, on notera que le coût de revient du kWh s’est élevé à 37, 80 F CFA /kWh”, a relevé le chef du service dispatching de la Société nationale d’électricité.

“Aucun projet susceptible de modifier d’une manière sensible les caractéristiques du régime du fleuve, ses conditions de navigabilité, d’exploitation agricole ou industrielle, l’état sanitaire des eaux, les caractéristiques biologiques de sa faune ou de sa flore, son plan d’eau, ne peut être exécuté sans avoir été au préalable approuvé par les Etats contractants après discussions, et justifications des oppositions éventuelles”, a, quant à lui, fait remarquer Bouya Condé. Ce dernier est largement revenu sur l’historique et les missions de l’organisation sous-régionale dans son exposé.

Il a ajouté que “les Etats contractants ont défini un système de gestion solidaire, comme élément structurant de la réinvention de la gouvernance de l’eau tout en maintenant la gestion intégrée des ressources en eau (GIRE) en tant que technique d’utilisation rationnelle de la ressource”.

Economie

Rencontre entre le ministre de l’Urbanisme et les commerçants : La date de la fermeture du marché Sandaga reportée au 30 Août, un projet de reconstruction établi…

Publié il y a

on

Par

ministre de l'Urbanisme
Le Ministre de l’Urbanisme, du Logement et de l’Hygiène publique, Abdou Karim Fofana, a rencontré les commerçants du marché Sandaga aujourd’hui.
Après des échanges constructifs, il a été retenu le report de la date de la fermeture du marché Sandaga initialement prévue ce samedi. Finalement, le Gouvernement a répondu favorablement à la demande des commerçants et a décidé de repousser la date de la fermeture jusqu’au 30 Août prochain.

Sur un autre registre qui intéressait la reconstruction du site, les commerçants voulaient que le nouveau marché soit construit avec des cantines aux alentours (Voir photos) mais la demande a été rejetée par le ministre Abdou Karim Fofana.

À la place, le ministre a proposé et adopté le projet sans cantine pour donner à Sandaga une meilleure visibilité et un accès facile pour mieux faire son business. Une décision qui n’a pas plu aux commerçants qui se sont tout de même résignés à l’accepter, considérant que ceci n’est que pour leur bien et leur sécurité.

 

Rencontre entre le ministre de l’Urbanisme et les commerçants : La date de la fermeture du marché Sandaga reportée au 30 Août, un projet de reconstruction établi...

 

Rencontre entre le ministre de l’Urbanisme et les commerçants : La date de la fermeture du marché Sandaga reportée au 30 Août, un projet de reconstruction établi...
Lire la suite

Economie

Emploi des jeunes : Vers la réouverture et la réforme de la chambre des métiers.

Publié il y a

on

chambre des métiers

La solution à l’emploi des jeunes réside dans l’auto-emploi, croit le ministre de l’Emploi, de la Formation professionnelle, de l’Apprentissage et de l’Artisanat qui a fait face ce 5 août aux conseillers du Cese. Pour permettre aux jeunes de pouvoir accéder plus facilement aux dispositifs de formation, des plateformes modernes sont mises sur pied, a renseigné Dame Diop à l’occasion de la séance plénière du Cese sur la “rénovation de l’apprentissage, promotion de la créativité et du travail décent au Sénégal : impacts sur le développement de l’auto-emploi des jeunes”. Au delà de ces mesures, d’autres perspectives sont en cours de déroulement, a confié le ministre. Les chambres des métiers seront rouvertes, mieux encore, elles seront réformées pour faciliter l’insertion des jeunes…

Lire la suite

Economie

La BIS lance son application mobile Tamweeltouch (Communiqué)

Publié il y a

on

Tamweeltouch

La Banque Islamique du Sénégal (BIS) a procédé au lancement de son application de mobile banking dénommée ‘’TAMWEELTOUCH’’ aux côtés de son personnel, des ses partenaires et de ses clients à l’hôtel Radisson Blu de Dakar.

Le mobile banking entre dans le cadre de la digitalisation de l’offre de produits et de services de la BIS. Il s’agit pour la BIS de lancer sur le marché un produit d’accès et de gestion du compte bancaire via le smartphone. En plus des services classiques de banque à distance, l’outil TamweelTouch donne la possibilité aux clients d’être en contact avec leurs gestionnaires, et de disposer d’un portefeuille électronique.

L’application disponible sur Play store et Apple store  permet aux clients :

–       De consulter leurs comptes ;

–       D’effectuer des virements dans toutes les banques de l’UEMOA ;

–       De commander et de suivre leurs moyens de paiements ;

–       D’identifier l’agence ou le GAB le plus proche via un système de géolocalisation intégré ;

–       De prendre rendez-vous ou de communiquer avec leurs gestionnaires de compte ;

–       De payer leurs factures SENELEC, SDE… ;

–       D’acheter du crédit téléphonique chez tous les opérateurs du Sénégal ;

–       De transférer de l’argent à une personne non bancarisée

Pour Monsieur Oumar MBODJ, Directeur Général de la BIS, « Ce nouveau produit est en parfaite corrélation avec les ambitions de la BIS, à savoir renforcer la bancarisation avec une qualité de service optimale en digitalisant le parcours client pour une meilleure célérité, une meilleure sécurité et une meilleure traçabilité de leurs transactions»

Lire la suite

En Politique

HOTLINE

On en parle