Connect with us

Politique

Cour de la Cedeao : Les avocats de Khalifa décident de porter plainte contre l’État

Publié il y a

on

Cour de la Cedeao : Les avocats de Khalifa décident de porter plainte contre l’État

Les avocats de Khalifa Sall ont décidé d’internationaliser leur combat. Ils vont incessamment déposer une plainte contre l’État du Sénégal auprès de la Cour de justice de la Cedeao . Ils en ont fait l’annonce ce mercredi, face à la presse. « Nous sommes face à un système, à un État, qui n’arrête pas de violer nos droits. Les droits d’un citoyen. Nous sommes face à la justice de notre pays qui ne nous écoute pas. C’est pour cela que nous avons décidé aujourd’hui de vous annoncer que nous sommes en train d’internationaliser le débat et qu’il sera saisi la Cour de Justice de la Cedeao, qui est une Cour régionale de promotion et de protection des droits de l’homme qui a été installée contre la toute-puissance des États lorsque dans l’espace Cedeao , vous avez un État qui ne respecte pas le Droit et les droits des citoyens », a annoncé Me Seydou Diagne.

« Nous espérons que l’État du Sénégal sera condamné »

Les conseils de Khalifa Sall, qui comptent aussi saisir d’autres juridictions internationales, attendent de ces actions, que l’État du Sénégal soit condamné: « Nous espérons que l’État du Sénégal sera condamné comme d’habitude et que pour une fois les droits de Khalifa Sall seront respectés. Nous sommes en train de saisir aussi d’autres juridictions internationales. Nous allons trainer l’État du Sénégal devant la Justice internationale. C’est un État qui se réclame d’être un État de droit, mais dans la réalité, notre pays ne fonctionne pas comme une démocratie (…). La plainte sera incessamment déposée devant la Cour de Justice de la Cedeao, afin qu’enfin la voix de Khalifa Sall puisse être entendue. », ajoute Me Diagne.

L’immunité et la réplique à Me Sidiki Kaba

Me Seydou Diagne n’a pas manqué de contredire l’ancien ministre de la Justice, Me Sidiki Kaba,  qui disait que ce n’est pas le député Khalifa Sall qui a été mis en prison. Comme pour dire que les faits qui lui sont reprochés, se sont déroulés avant qu’il ne soit élu. « Ce n’est pas de gaieté de cœur qu’on dépose des plaintes, des réclamations, contre l’État du Sénégal et relativement aux droits des personnes que nous défendons. Parce qu’il y a parfois des situations qui sont créées par l’État du Sénégal. Lorsque la Justice sénégalaise leur donne systématiquement raison sur des dossiers où la plupart du temps il s’agit de violation des droits, de non-respect des procédures. Vous avez l’exemple patent du non-respect de l’immunité parlementaire de M. Khalifa Sall. C’est quelque chose qui est tellement évident.

Les députés Omar Sarr, Barthélémy Dias et Ousmane Ngom étaient poursuivies à l’époque par le parquet. Les faits qui leur étaient reprochés se sont déroulés durant une période où ils n’étaient pas députés. Quand ils sont devenus députés, à l’Assemblée nationale, les parlementaires se sont réunis et il a été levé leur immunité parlementaire. Donc on ne peut pas dire que pour Monsieur Khalifa Sall, les faits qu’on lui reproche sont des faits qui se sont déroulés avant l’élection. »

seneweb

Politique

Gamou : le nouveau cadre de l’opposition à Tivaouane

Publié il y a

on

Par

nouveau cadre

Ce sera un chassé-croisé entre Macky Sall et le nouveau cadre de l’opposition en gestation. D’après des sources de «L’As», après Macky Sall, Idrissa Seck, Malick Gakou, Pape Diop, Aguibou Soumaré et Madické Niang sont attendus ce matin à Tivaouane. Sur les pas du Président Macky Sall, ils seront reçus par le Khalife général des Tidianes et par le porte-parole de la famille Sy, avant de regagner Dakar dans l’après-midi. Pour rester dans le sillage des visites aux chefs religieux, il y a lieu de signaler que le Président Macky Sall est attendu à Médina Baye, vendredi prochain.

Lire la suite

Politique

Ousmane Sonko : « Macky Sall fait de la diversion. En février 2024, il ne sera plus président de ce pays. Il doit être conjugué au passé »

Publié il y a

on

Par

diversion

Le leader de “Pasteef” Les Patriotes était sans détours avec les questions d’actualités sur lesquelles il s’est prononcé à l’occasion d’un entretien accordé à la Sentv.

Ousmane Sonko , n’a pas été tendre avec le régime actuel. « Ce qui se passe actuellement dans le pays est tout simplement une diversion. Macky Sall veut faire oublier aux sénégalais les enjeux qui interpellent la nation en essayant de nous distraire autour d’un 3e mandat » dira le vainqueur de la présidentielle à Ziguinchor.

Et Ousmane Sonko, dans son argumentation, de souligner que : « cette situation économique qui empire, montre simplement que ce régime ne respecte pas les Sénégalais. Car ce rapport sorti récemment par l’équipe de doing business ne doit pas être honorifique, mais plutôt il devrait nous faire penser qu’être 123e sur 190 pays mérite beaucoup d’efforts à consentir »

En alertant, Ousmane Sonko s’exprimera sur ce qui se passe actuellement en Guinée en disant qu’il apporte son soutien au peuple Guinéen mais toujours, il faudrait que les peuples africains se réveillent.

En terminant ses propos, Ousmane Sonko, concernant le statut du chef de l’opposition,  notera que : « l’importance est de se concentrer sur les urgences, mais ce statut ne m’intéresse point ».
Il rappelle ainsi aux sénégalais que le président Macky Sall sera dès lors conjugué au passé en 2024 car, il ne sera plus président de ce pays.

Lire la suite

Politique

Première sortie de Sory Kaba depuis son limogeage : « Ma loyauté envers le Chef de l’Etat ne souffre d’aucune ambiguïté ; ni hier, ni aujourd’hui… »

Publié il y a

on

Par

ma loyauté

Après avoir rendu Grâce à Allah (swt), Je tiens, à l’occasion de cette cérémonie de passation de services du Mercredi 30 octobre 2019 à 15 heures, à remercier vivement Son Excellence, le Président de la République, Monsieur Macky SALL, pour la confiance qu’il m’a toujours accordée depuis le début de notre cheminement.

Je tiens à rappeler que ma loyauté envers le Chef de l’Etat ne souffre d’aucune ambiguïté ; ni hier, ni aujourd’hui et, ceci, depuis qu’il m’a proposé de venir le rejoindre à la Marie de Fatick en 2010, alors que j’étais en activité en France.

Je voudrais, par ce canal, lui renouveler mon engagement sincère pour l’accompagner à réussir ses nobles et exaltantes missions à la tête de notre pays, pour ainsi concrétiser les grands Espoirs du peuple sénégalais vers la prospérité et l’émergence.

En outre, je tiens à remercier tous les sénégalais qui m’ont témoigné de leur sympathie et leur solidarité tout au long de mes fonctions à la tête de la Direction Générale d’Appui aux Sénégalais de l’Extérieur (DGASE). Ses remerciements vont également à l’endroit de mes amis, mes sympathisants, les Sénégalais de l’Extérieur ainsi qu’aux membres de ma famille.

Aux populations de la Région de Fatick, sans exclusive, je tiens à vous remercier chaleureusement et à vous rassurer de ma disponibilité, de mon engagement ferme, particulièrement pour la cause des femmes et des jeunes…Ma détermination pour relever les défis majeurs devant positionner notre ville dans le peloton des localités les plus prospères où il fait mieux vivre et résolument tournées vers le développement, demeure intacte.

Enfin, je remercie vivement mes collaborateurs, tout le personnel du MAESE et particulièrement de la DGASE, pour leur engagement, leur loyauté et leur dévouement dans l’accomplissement de la mission qui nous avait été tous confiée. La DGASE était une toute nouvelle création en 2013, quand le PR Macky Sall nous accordait sa confiance renouvelée et nous avons su relever les défis du moment.

A mon successeur, je lui souhaite d’avance une belle réussite dans la continuité des immenses chantiers ouverts, pour une gouvernance migratoire mieux repensée et harmonieusement partagée par tous les acteurs du sous-secteur, dans une démarche inclusive.

Enfin, je sollicite vos prières à l’endroit du Président Macky Sall et du Gouvernement, pour la réussite des importants programmes du PSE, au grand bénéfice du peuple Sénégalais.

Ambassadeur
Sory F. M. KABA

Lire la suite

En Politique

HOTLINE

On en parle