Connect with us

Environnement

Climat : le Chili renonce à organiser la COP25

Publié il y a

on

COP25

Les Echos
La colère sociale qui agite le Chili depuis une douzaine de jours ne se prête pas à l’organisation d’un sommet mondial. Le pays renonce à organiser la COP25, la conférence sur le climat qui devait s’y tenir du 2 au 13 décembre, ainsi que le sommet de l’Apec, a annoncé le président Sebastian Piñera ce mercredi.

« Nous comprenons parfaitement l’importance de l’APEC et de la COP pour le Chili et le monde, mais nous avons basé notre décision sur le bon sens », a déclaré le chef de l’Etat conservateur, qui dit avoir décidé cette annulation « avec un profond sentiment de douleur ». « Un président doit faire passer son peuple avant tout », a-t-il ajouté.

Environ 25.000 délégués étaient attendus à la COP25 à Santiago, dont la jeune militante suédoise pour le climat Greta Thunberg. Un tel retournement de dernière minute est inédit dans l’histoire conférences sur le climat. La CCNUCC (Convention-cadre des Nations unies sur les changements climatiques) devra décider si la COP 25 est définitivement annulée, ou alors reportée à l’an prochain.

La Coopération économique pour l’Asie-Pacifique (Apec) devait également avoir lieu à Santiago, les 16 et 17 novembre. Elle avait été présentée comme une occasion pour la signature par les présidents américain Donald Trump et chinois Xi Jinping de la « phase 1 » d’un accord commercial que négocient les deux premières puissances économiques de la planète. A Washington, un responsable de la Maison blanche a déclaré que l’annulation du sommet de Santiago avait « pris par surprise » l’administration américaine.

Vingt morts depuis le début de la contestation
La décision d’annuler ces sommets met en lumière  l’ampleur des problèmes auxquels le pays d’Amérique latine est actuellement confronté. Une hausse du prix du ticket de métro dans la capitale a été le détonateur de cette fronde sociale inédite dans ce pays de 18 millions d’habitants réputé pour sa stabilité. Malgré la suspension de la mesure, le mouvement s’est amplifié, nourri par le ressentiment face aux inégalités sociales.

La grève générale s’installe en Bolivie et au Chili

Vingt personnes sont mortes depuis de la contestation, dont cinq par l’intervention des forces de sécurité. Plus d’un millier de personnes ont été blessées. Une mission de l’ONU pour enquêter sur ces cas de violations des droits de l’homme est attendue dans les prochains jours dans le pays.

Malgré un remaniement ministériel et  une déclaration du président qui a reconnu avoir « manqué de vision », de nouvelles manifestations, parfois émaillées d’incidents,  ont eu lieu ce mardi pour maintenir la pression sur le gouvernement. Environ 10.000 personnes, selon les autorités locales, se sont rassemblées sur l’emblématique Plaza Italia, dans le centre de Santiago, après un appel lancé sur les réseaux sociaux.

Les Echos

Environnement

Environnement : Pour Reverdir le Sénégal, Macky mise sur un duo d’écologistes engagés.

Publié il y a

on

Par

Reverdir le Sénégal

Ali Haïdar, ancien ministre est connu pour son engagement en faveur de l’écologie. Chef d’un parti écologiste, il est s’est beaucoup impliqué dans le reboisement de la mangrove et la lutte contre l’érosion côtière. C’est ce militant vert et allié que le Président a choisi comme Directeur Général de l’agence sénégalaise pour la reforestation et la grande muraille verte dont la principale mission est de Reverdir le Sénégal et de promouvoir les éco-villages. Il dispose d’une bonne carte de visite tant au niveau national qu’international pour mobiliser des ressources complémentaires pour son agence.

À l’occasion du dernier conseil des Ministres, Monsieur Oumar Ba, Maire de Ndiob a été nommé président du conseil de surveillance de cette grande agence qui résulte de la fusion de l’agence des éco-villages et de l’agence de la grande muraille verte et qui intègre en plus le volet reforestation du pays.

Secrétaire permanent de l’association des maires, Monsieur Ba est aussi un militant écologiste engagé et président du réseau des villes et communes vertes et écologistes. La commune de Ndiob a reçu le prix de la meilleure politique publique agricole locale décerné par la FAO grâce à son orientation agroécologique et le prix de la meilleure initiative climat décerné par Le CGLUA à l’occasion du sommet de AFRICITES tenu à Marrakech en Novembre 2018.

C’est ce duo d’écologistes militants qui est chargé de mettre en œuvre l’ambitieux programme de reverdissement du Sénégal du chef de l’État mais de relancer le programme des éco-villages en hibernation depuis quelques années.

Lire la suite

Environnement

Eventuels débordements du Fleuve Sénégal : Les populations de la vallée et du Delta du fleuve Sénégal invitées à rester vigilantes

Publié il y a

on

Par

Fleuve Sénégal

Des débordements du Fleuve Sénégal ont été constatés dans la région autour de Bakel et Gouraye. Avec les fortes pluies enregistrées durant ces derniers jours, couplées aux apports des affluents non contrôlés, un dépassement de la cote d’alerte a été enregistré le 27 août 2019.  Les populations de la vallée et du Delta du fleuve Sénégal ont été invitées à rester vigilantes et à prendre toutes les dispositions nécessaires pour faire face aux éventuels débordements du fleuve engendrés principalement par les pluies et les apports des affluents non contrôlés, selon un communiqué de l’Organisation pour la mise en valeur du fleuve Sénégal. Cependant, indique la note, les niveaux d’eau se stabilisent actuellement à Bakel et Gouraye, mais la vigilance reste de mise, notamment en cas de nouveaux épisodes pluvieux.
Au niveau de Matam, par exemple, la cote d’alerte de 8 mètres a été dépassée depuis le 30 août 2019. «La propagation de l’onde de crue se poursuit et une montée des eaux est attendue dans les localités en aval de Matam.  En amont, le barrage de Manantali continue à stocker l’eau et écrêter la crue du Bafing», a conclu la source…

Lire la suite

Environnement

Khondio (Darou Khoudoss) : Des produits chimiques des ICS déversés dans la mer dégradent l’écosystème et exposent la vie des populations.

Publié il y a

on

Darou Khoudoss quai de déchets toxiques
Situé dans la commune de Darou Khoudoss (Tivaouane), Khondio est un village qui manque presque de tout. Pas d’eau potable, pas d’électricité, sans structure de santé etc…
Pire, cette bourgade sert en même temps de quai de déversement des déchets toxiques des Industries Chimiques du Sénégal (Ics) basées à Mboro.
Une situation dangereuse qui expose ainsi la vie des populations qui y vivent à tous les risques de maladies graves. Les femmes se rendent à Mboro pour se procurer le liquide précieux car, l’eau de puits n’est plus buvable du fait que la nappe phréatique a été contaminée par les déchets chimiques qui sont déversés dans la mer.
De l’avis du porte-parole du collectif Khondio ma localité, Mamadou Sow, “ce village a été crée il y a plus de 100 ans. Aujourd’hui, il sert de quai de déversement des déchets toxiques des Ics. Ce qui représente, un danger environnemental. Les populations sont confrontées à des problèmes respiratoires à cause de ces déchets déversés dans la mer. L’eau de puits contient un liquide jaune huileux qui le rend impropre.
Et, cela montre que la  nappe phréatique est contaminée à cause des grandes quantités de résidus d’acide sulfuro-phosphatique, appelés : “Jus fluo” qui sont déversés dans la mer.  À cela s’ajoute, dit-il, les populations parcourent 8 kilomètres sur des charrettes pour se faire soigner. Tout ceci, enfonce-t-il le clou, nous l’endurons avec la complicité des autorités locales à savoir le maire et le service des Eaux et Forêts et d’un maire qui n’a rien fait pour nous depuis qu’il est à la tête de la municipalité. ” Le service des Eaux et Forêts nous interdisent de creuser des puits pour faire l’agriculture. Ils nous disent qu’il y a un décret qui date de 1960 qui est là et qui interdit aux populations du village de creuser des puits pour faire l’agriculture où même de construire”.
Dans la même veine, le chef de village Abdourahmane Kâ de signaler que “nous avons tous les problèmes du monde pour vivre dans notre terroir à cause des Ics. Les Ics ne s’acquittent pas de la responsabilité sociétale de l’entreprise. Aussi, nous n’avons aucun droit sur nos terres”.

 

Khondio (Darou Khoudoss) : Des produits chimiques des ICS déversés dans la mer dégradent l'écosystème et exposent la vie des populations.

 

Khondio (Darou Khoudoss) : Des produits chimiques des ICS déversés dans la mer dégradent l'écosystème et exposent la vie des populations.
Lire la suite

En Politique

HOTLINE

On en parle