Connect with us

People

Bafétimbi Gomis a voyagé avec le Président Macky Sall à bord d’un vol Air SénégalBafétimbi Gomis a voyagé avec le Président Macky Sall à bord d’un vol Air Sénégal

Publié il y a

on

Bafétimbi Gomis

C’était sans doute une surprise pour l’ancien international français, Bafétimbi Gomis qui a rencontré le Chef de l’Etat à bord d’un vol Air Sénégal. Le franco-sénégalais a appris la nouvelle, ce mardi soir, sur son compte Twitter.
Bafétimbi Gomis a fait montre de la chance qu’il a eu de rencontrer une telle personnalité à bord d’un vol.

« Ce fut un plaisir, de partager ce vol avec, Son excellence Macky Sall. Je suis heureux d’avoir eu l’occasion d’échanger avec vous. Le temps que vous m’avez accordé et le vol sur la compagnie aérienne montre votre attachement au peuple. Vive le Sénégal 💚💛❤️ », a-t-il posté sur sa page officielle, avec une photo en compagnie de Macky Sall à bord d’un vol Air Sénégal.

People

Politique des transports au Sénégal, quelle stratégie pour le quinquennat (Macky 2)?

Publié il y a

on

Par

Politique des transports au Sénégal, quelle stratégie pour le quinquennat (Macky 2)?

Il y a aujourd’hui plus d’1 milliard de véhicules utilisés dans le monde (900 million de véhicules passager et 300 million de véhicules commerciaux). Et toutes les prévisions s’accordent sur le fait que le nombre de véhicules doublera probablement au cours du prochain quart de siècle. Les taux de possession de véhicules dans les pays en développement sont faibles par rapport aux pays riches, mais l’on constate une aggravation de la congestion du trafic et de la pollution atmosphérique. Cela entraîne un désordre effarant dans nos routes et provoque des accidents et des pertes de temps inestimables.
Cette montée en flèche de la motorisation et l’augmentation des populations dans nos pays et en particulier au Sénégal, n’est pas souvent en harmonie avec le peu d’infrastructures dont nous disposons et les capacités institutionnelles limitées qui les encadrent. Malgré ces difficultés, Il existe de nombreuses possibilités d’amélioration. Certains pays en ont adoptées dans le passé et ont réussi; d’autres pourraient sauter par-dessus certaines des voies coûteuses et dommageables pour l’environnement prises par les pays développés. le BRT (Bus rapid Transit) que j’avais moi-​même proposé au gouvernement du Sénégal à la place d’un système de tramway qui était initialement prévu (ref. https://www.dakaractu.com/Je-proposerais-un-Bus-Rapid-Transit-BRT-a-la-place-d-un-Tram -M-le-president_a58535.html​ ) est dans ce siage.
La mobilité accrue à de nombreux effets positifs sur le développement économique et le bien-être social, notamment une circulation plus efficace des marchandises et un meilleur accès aux emplois, aux services de santé et à l’éducation, mais cela doit être porté par le transport public car, si la mobilité accrue est obtenue principalement par le recours accru aux voitures privées conventionnelles, cela ne fera que faire subir aux populations une aggravation de la pollution atmosphérique et des embouteillages. C’est exactement le cas à Dakar.
La politique infrastructurelle doit être accompagnée d’une politique des transports orientées. Un changement de paradigme s’impose donc au Sénégal et C’est pourquoi d’ailleurs nous pensons opportune et pertinente la mise sur pied d’un secrétariat d’Etat chargé du réseau ferroviaire. Le Président de la République n’est-il pas lui-même entrain de changer de paradigme sur la politique des transports menée jusqu’alors. Vu sous cet angle on aurait simplement dit qu’il accorde une importance capitale à ce secteur qui est en réalité le seul capable de régler le problème lancinant de la mobilité urbaine et interurbaine au sénégal.
Mais la vraie politique de transport public doit passer par un système intégré de transport multimodal et intermodal qui aura raison sur le désordre “organisé” du système informel et mal intégrée des “Car rapide-Aftu-Ndiaga Ndiaye-7 Places”. Ce système est à l’origine de tous les problèmes de mobilité y compris les nombreux accidents constatés sur les routes au Sénégal. Pourtant, dans la nouvelle politique de transport intégrée et orientée du Président

Sall, la modernisation et donc la formalisation du système des cars rapides doit avoir une part importante. Le défi est énorme nous le savons, car ​Lorsque les pays les plus développés construisaient leurs infrastructures de transport, leur population était réduite comparée à celle de la plupart des pays en développement d’aujourd’hui, et le coût des véhicules motorisés était relativement élevé. le ​Sénégal n’est pas un pays peuplé certes mais son défi à lui c’est de proposer des mesures à la fois incitatives et dissuasives. un bon système de chemin de fer (Light rail transit) et un bon système de bus (Bus Rapid Transit) va forcément amener les sénégalais à abandonner leurs véhicules privés mais aussi le transport en commun informel. Cela doit passer par une politique cohérente, évaluée et bien suivie​.
Il faut reconnaître qu’une mégalopole comme Dakar est déjà énorme et continue de s’étendre. Il y a peu de temps ou d’argent pour construire des systèmes de transport en commun ou pour élargir les routes afin de gérer le nouveau trafic. La région connaît déjà de graves problèmes de congestion, d’économie et d’environnement et de graves problèmes de sécurité. C’est pourquoi le président de la république et les autorités en charge du transport doivent remuer ciel et terre pour trouver les meilleurs profils pour définitivement régler le problème des transports et de la mobilité urbaine et interurbaine. Ceci passe par les infrastructures mais elles ne sont pas l’unique solution. celle-ci se trouve ailleurs. Il faut comprendre que nous en sommes à un moment crucial ou le transport est devenu extrêmement transversal et qu’un simple ministère ne saurait résoudre tous les problèmes qui lui sont liés, c’est pourquoi, encore une fois, j’apprécie à sa juste valeur la création du secrétariat d’Etat chargé du réseau ferroviaire mais l’approche intégrée me semble plus pertinente surtout quand on sait que la critique formulée contre les systèmes de transport modernes est l’absence de lien avec l’urbanisme. En effet, ​les critiques qui sont généralement faites aux nouvelles lignes de transport portent sur le caractère limité de la reprise en main du secteur : il ne s’agit que de quelques grands axes, le reste de l’offre demeurant globalement inchangé.
Ces critiques peuvent ne pas être totalement fondées, quand on sait que la reconquête ponctuelle du secteur du transport public enclenchée par le chef de l’Etat et son PSE semble être une méthode qui permet d’introduire très progressivement des territoires un peu plus humanisés dans une métropole dakaroise particulièrement chaotique. C’est le cas de Diamniadio et de Diass mais aussi du tronçon Ila Touba. Nous proposons alors une approche intégrée qui tiendra en compte la multimodalité et l’intermodalité avec une politique de report modal intelligemment pensée et structurée dès maintenant. Bien évidemment, cela passera par la modernisation et la formalisation des cars rapides qui joueront à la fois les rôles de feeders pour le BRT et le TER en plus des autres systèmes de bus et de trains qui, certainement, sont déjà sous projet.
Papa Elimane FAYE
Docteur en Tourisme, Spécialisé en politiques de transports

Lire la suite

People

Présidentielle 2019 : 07 candidats ont relevé le défi du parrainage

Publié il y a

on

Présidentielle 2019 : 07 candidats ont relevé le défi du parrainage

Ils étaient 27 au départ mais au décompte final, il n’en reste que 07. L’épreuve du parrainage aura été fatale aux 20.

Issa Sall du PUR, Macky Sall de Benno Bokk Yaakar, Ousmane Sonko de SonkoPrésident, Khalifa Sall de Taxawu Senegaal, Karim Wade de Karimprésident 2019 n’ont fait qu’une bouchée des épreuves du parrainage pour avoir eu le mérite de passer au premier tour de vérification. En effet, ces candidats ont déposé le nombre de parrains requis par la loi électorale, c’est-à-dire un minimum de 53457. Certains d’entre eux ont validé plus de 62 000 parrains. Madické Niang et Idrissa Seck ont donné de sueurs froides à leurs partisans, mais au finish, ils ont rejoint le groupe des cinq admis d’office après un deuxième passage auprès du Conseil constitutionnel.
Malick Gakou qui espérait un pareil sort n’a pas fourni des arguments suffisants pour passer ce cap. L’ancien ministre du Commerce rejoint ainsi les 19 recalés d’office. Le logiciel du Conseil constitutionnel a été peu indulgent avec eux.

Il reste aux 07 candidats qui ont surmonté le barrage des parrainages, un second filtre. A ce niveau, certains pourraient perdre des ailes pour ne pas dire qu’ils encourent une invalidation après examen minutieux des autres composants de leur dossier de candidature. Autrement dit, la partie est loin d’être gagnée pour les 07 vainqueurs de l’épreuve du parrainage.

Lire la suite

People

Le groupe Keur Gui insulte tous les sénégalais.

Publié il y a

on

Keur Gui

Je suis  très déçu de Kilifeu et Thiat du groupe Keur Gui ,  nous tous avons à un moment donné pensé qu’ils étaient des gens sérieux, conscients des enjeux politiques de notre pays, luttant pour le progrès  en véhiculant des messages positifs pour la jeunesse.
Cette fois-ci ils  démontrent un manque de sérieux et d’élégance par des insultes qui n’honorent pas leur statut. Autant nous les respectons quand ils prennent des positions politiques  sur des questions qui interpellent  le Sénégal ou l’Afrique toute entière, autant ils sont détestables quand ils se comportent comme de grands enfants gâtés. Leur dernière sortie sur la scène musicale relève d’une pure délinquance juvénile. Mais à force de recherche du Buzz, ils ont fini par nous dégouter.
Je voudrais leurs poser deux questions  simples : Si on traite votre père de Sai-Sai, comment vous le prendriez ? Si on traite votre maman de Sai-Sai, quel sentiment  vous allez éprouver.
Nous somme dans un pays civilisé, et dans une culture de respect. Au Sénégal on n’insulte pas, papa ou maman à plus forte raison du père de la nation. On a le droit de critiquer mais pas d’insulter. Donc les gars, si vous voulez garder et mériter  notre respect alors, il faudra grandir aussi.

Bocar LY PCS ASPT

Lire la suite

On en parle