Connect with us

Afrique

Niger: dernier hommage aux soldats tués dans l’embuscade à Tongo Tongo

Le Niger vient d’enterrer ses quatre soldats au cimetière musulman de Niamey. Des centaines de soldats, la hiérarchie militaire, le ministre de la Défense nationale, Kalla Moutari, ainsi que des membres de leurs familles, les ont accompagnés jusqu’à leur dernière demeure.

Publié il y a

on

Niger: dernier hommage aux soldats tués dans l'embuscade à Tongo Tongo

Au Niger, les quatre soldats, tués dans une embuscade à la frontière malienne en compagnie des soldats des forces spéciales américaines, ont été enterrés, ce samedi 7 octobre, à Niamey. La hiérarchie militaire et les membres du gouvernement étaient présents à la levée des corps.

Le Niger vient d’enterrer ses quatre soldats au cimetière musulman de Niamey. Des centaines de soldats, la hiérarchie militaire, le ministre de la Défense nationale, Kalla Moutari, ainsi que des membres de leurs familles, les ont accompagnés jusqu’à leur dernière demeure.

Tous les quatre font partie du puissant bataillon de sécurité et du renseignement, basé à Ouallam, à une centaine de kilomètres de Niamey. C’est à ce titre qu’ils ont été désignés pour la mission commandée à la frontière malienne, dans la zone du village nigérien de Tongo Tongo.

Ils sont tombés sur le champ d’honneur, après une embuscade tendue par des terroristes à bord de dix véhicules et une vingtaine de motos.

Les oraisons funèbres ont été lues sur la grande place de la morgue de l’hôpital national de Niamey, en présence de leurs frères d’armes, les forces spéciales américaines et leur ambassadrice, Eunice Reddick. Un moment de douleur et de résignation.

On retiendra de ces oraisons funèbres que les quatre soldats ont tous été de vaillants combattants. Ils ont tous participé à plusieurs reprise, entre autres, aux batailles contre les jihadistes de Boko Haram dans le Lac Tchad, dans les montagnes du Nord Niger et sur la frontière nigéro-malienne.

A l’heure de l’ultime au revoir, leurs frères d’armes nigériens et américains ont gardé en mémoire les images de militaires vaillants et dévoués.

 

On retiendra de ces oraisons funèbres que les quatre soldats ont tous été de vaillants combattants. Ils ont tous participé à plusieurs reprise, entre autres, aux batailles contre les jihadistes de Boko Haram dans le Lac Tchad, dans les montagnes du Nord Niger et sur la frontière nigéro-malienne.

A l’heure de l’ultime au revoir, leurs frères d’armes nigériens et américains ont gardé en mémoire les images de militaires vaillants et dévoués.

Afrique

Insécurité galopante au Mali et au Burkina Faso : l’Etat islamique et le GSIM dans une surenchère meurtrière ?

Publié il y a

on

l'Etat islamique

L’attaque du vendredi qui a visé un camp de l’armée malienne, à Indelimane, dans le nord-est du pays a été revendiquée par l’État islamique qui l’attribue à sa province de l’Afrique de l’Ouest.

En fait, cette attaque serait l’œuvre des hommes de l’EIGS qui, depuis quelques temps, semble être partie intégrante de l’Etat islamique en Afrique de l’Ouest.

Cette action d’envergure intervient moins d’une semaine après la mort du calife autoproclamé de l’Etat islamique. Abou Bakr al-Baghdadi a été tué dans une opération mené par les forces spéciales américaines, à Baricha, dans la province d’Idlib, dans le nord-ouest de la Syrie.

L’assaut sanglant a fait au moins 53 victimes dans les rangs des Fama, selon le ministre malien de la Communication.

Cette attaque est l’une des plus sanglantes infligées à l’armée malienne ces dernières années par les groupes terroristes.

Le 30 septembre dernier, un bataillon malien de la force conjointe du G5 Sahel a été attaqué par des jihadistes appartenant au Groupe de soutien à l’Islam et aux musulmans (GSIM), proche d’Aqmi. Une quarantaine militaires avaient été tués et un civil, à Mondoro, non loin de la frontière avec le Burkina.

Le député-maire de Djibo tué

Au Burkina Faso, c’est le maire de Djibo, la capitale régionale de Soum qui a été tué dimanche 03 novembre. Oumarou Dicko qui était en partance pour Ouagadougou est tombé dans une embuscade, avec ses trois accompagnants, à hauteur du village de Gaskindé.

Le véhicule du député-maire a sauté sur un engin explosif et deux de ses occupants sont morts sur le coup, rapporte rfi.fr.

L’élu a été sorti de la voiture et tué à bout portant par les assaillants non encore identifiés.

L’embuscade n’est pas encore revendiquée. Mais les groupes jihadistes sont soupçonnés, compte tenu, des actions qu’ils mènent quasi-quotidiennement dans cette zone où l’Etat est presque inexistant.

Lire la suite

Afrique

Internet : Facebook annonce le démantèlement d’une opération de désinformation russe en Afrique.

Publié il y a

on

opération de désinformation

Une opération de désinformation menée à partir de la Russie dans plusieurs pays d’Afrique, dont la Côte d’Ivoire, la République démocratique du Congo ou encore le Cameroun a été démantelée par les services de Facebook, selon un communiqué du premier réseau social au monde.

Un proche de Vladimir Poutine serait derrière cette opération avec de faux comptes publiant des messages politiques dans plusieurs pays africains.
Evgueni Prighozine serait le commanditaire de cette opération de désinformations.

Par ailleurs, il est aussi accusé d’avoir animé la campagne anti-Clinton et pro-Trump aux Etats-Unis en 2016.

Les comptes-pages étaient suivis par 450.000 internautes.

Lire la suite

Afrique

Tunisie : Décès de l’ancien président Zine el-Abidine Ben Ali à l’âge de 83 ans

Publié il y a

on

Par

Ben Ali
Sur Facebook, la famille de l’ancien président tunisien a annoncé, ce jeudi 19 septembre, son décès. Zine el-Abidine Ben Ali avait 83 ans.

Zine el-Abidine Ben Ali avait dirigé la Tunisie pendant plus de 23 ans. Il avait succédé à Habib Ben Ali Bourguiba en novembre 1987.

Il avait quitté le pouvoir en janvier 2011, poussé par des manifestations de colère dans son pays. Il avait été le premier chef de l’État emporté par le « printemps arabe ».

Lire la suite

En Politique

HOTLINE

On en parle